Le salon automobile de Francfort tire sa révérence

©REUTERS

Après le fiasco de septembre, Francfort n’organisera plus de salon automobile après 70 ans d’existence. Berlin, Hambourg et Munich se disputent un événement qui doit se réinventer.

40% de visiteurs en moins, plus de la moitié des marques absentes, on l’avait senti venir lors de la dernière édition de septembre, le salon automobile de Francfort était à l’agonie. Son sort est désormais scellé. Il n’aura plus lieu. Une annonce qui ne touchera pas les non-initiés, mais qui secoue tous les autres. Car le salon de l’automobile de Francfort était une tradition tous les deux ans depuis plus de 70 ans. Il y a quelques années à peine, les "stands" des marques allemandes y rivalisaient de taille pour devenir des palais sur plusieurs étages avec des pistes qui traversaient le building.

On reproche au salon de n’avoir pas su se réinventer. L’Association des constructeurs automobiles allemands, la VDA a décidé qu’il était temps de changer de formule. Le prochain salon allemand de l’automobile se déroulera en 2021 à Berlin, Hambourg ou Munich. Trois autres villes avaient également présenté leur candidature au VDA, à savoir Hanovre, Cologne et Stuttgart. Elles ont été éliminées. On se demande si Munich, siège du groupe BMW, aura ses chances, dans la mesure où c’est à Stuttgart, éliminée donc, que se trouve la maison mère de Mercedes-Benz mais aussi de Porsche. Évidemment, la Bavière est également le foyer d’Audi, ce qui pourrait peser dans la balance.

Bruxelles est présenté comme une exception car le salon est très orienté ventes et reste un incontournable pour de nombreux Belges.

Quoi qu’il en soit, la question est maintenant de savoir si le cas de Francfort va rester isolé. Les salons de Paris et Detroit, incontournables pendant des décennies pour tout ce qui compte dans l’industrie automobile, sont aussi en grande difficulté, avec de plus en plus de constructeurs qui leur tournent le dos. Le salon de Genève commence aussi à connaître des défections, même si son caractère neutre et axé sur le luxe le préserve un peu.

Bruxelles est présenté à chaque édition comme une exception car le salon y est très orienté ventes et reste un événement incontournable pour de nombreux Belges. Le directeur du salon, Pierre Lalmand, essaye aussi depuis trois éditions d’inscrire les nouvelles formes de mobilité au sein de l’événement automobile avec son exposition WeAreMobility, qui était positionnée cette année en plein centre du salon. Le salon de Bruxelles a accueilli environ le même nombre de visiteurs (plus de 500.000) que le salon de Francfort, le rendant presque incontournable pour les marques qui y dédient désormais des premières européennes et mondiales. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés