epinglé

Les carrossiers froissent de la tôle sur fond de conflit à propos d'un label

©Jonas Roosens

Traxio et Febelcar ont dû se tourner vers la justice pour défendre leur label Long Life Repair.

Les clés à molette ont volé ces derniers temps dans le monde des carrossiers. Traxio (ex Federauto) et Febelcar, deux fédérations qui représentent les garagistes et les carrossiers ont dû monter au front judiciaire pour défendre le label Long Life Repair (LLR) qu’elles avaient toutes deux lancé dans le courant du printemps 2017.

Ce label garantissait aux clients des garages et carrosseries partenaires de bénéficier d’un service respectueux de l’environnement, avec l’accent mis sur la réparation et le recyclage. Depuis, plus de 800 carrosseries ont pu bénéficier de la certification de ce label et tout se déroulait pour le mieux dans le meilleur des mondes sans que personne ne trouve rien à y redire. Jusqu’au jour où, à la fin de l’année 2018, l’ASBL Duurzaam Repareren a pris sa plus belle plume pour tenter de rallier les carrossiers à son propre label, dénigrant au passage le label Long Life Repair.

Au passage, l’ASBL a fait croire aux carrossiers labellisés Long Life Repair que ce label ne serait bientôt plus reconnu par les assureurs et par les sociétés de leasing. Un premier mail a été envoyé, suivi de deux rappels, de plus en plus insistants, faisant même croire au caractère obligatoire de s’affilier au label de l’ASBL Duurzaam Repareren.

Pour Traxio et Febelcar, cette façon de faire est trompeuse et contraire aux pratiques honnêtes du marché. Le juge des cessations du tribunal de l’entreprise néerlandophone de Bruxelles a suivi cette voie et a ordonné à l’ASBL de cesser d’envoyer des mails en vue de débaucher de nouveaux membres sous peine d’une astreinte de 10.000 euros par jour.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect