Publicité

Les cyclomoteurs laissent la place au vélo électrique

©AFP

Les deux-roues connaissent une belle année 2018 avec une progression de 10%. Les petits cyclomoteurs laissent la place au boom des vélos électriques.

Le marché des deux-roues progresse plus vite que celui des voitures. C’est ce qu’il ressort des chiffres de la Fédération de l’automobile et du cycle (Febiac). En Belgique, sur 9 mois, le marché des deux-roues a progressé de 10,2% pour un total de 21.695 motos et scooters neufs.

Un chiffre à relativiser pour plusieurs raisons. D’abord, sur les mêmes 9 mois, on a immatriculé 455.722 voitures neuves – une progression de 4,68%. Une partie de la progression des motos est également due à un effet législatif. "La norme Euro4 est devenue obligatoire pour les motos tandis que la réglementation relative aux quads a changé, entraînant le glissement d’une partie des immatriculations de 2017 vers 2016", explique la Febiac.

Yamaha leader

©REUTERS

En 2016, des stocks excédentaires ont été immatriculés. Pour être pertinent, il faut comparer les chiffres 2018 à ceux de 2015, la dernière année "normale". Ici la progression est encore de 6%. "C’est une bonne performance. C’est dans les grands arrondissements que l’on trouve le plus d’immatriculations. Des gens optent donc pour des deux-roues dans le cadre de la mobilité pour le trajet domicile-travail", explique Stijn Vancuyck, conseiller deux-roues motorisés de la Febiac. C’est dans la province d’Anvers que l’on immatricule le plus de deux-roues avec 3.558 immatriculations sur neuf mois, soit une part de marché de 16,4%. "Il faut être honnête, une majorité des immats restent encore plus du côté fun que du côté mobilité", avoue néanmoins Vancuyck.

"Avec le vélo électrique, le cyclomoteur classe A semble tomber en disgrâce."
la Febiac

Par marque, Yamaha  reprend la première place à BMW  sur 9 mois, même si les deux marques sont au coude à coude. À noter que Yamaha enregistre une très belle progression de 19,7% sur 9 mois. En termes de parts de marché, ce sont les extrêmes qui dominent. Les moins de 125 cc totalisent 29,9% du marché et les plus de 1.000 cc 24,8%. La moitié du marché est composé de motos au-dessus des 500 cc.

Boom des immats vélos

À noter que dans les chiffres des motos et des scooters, ceux des "cyclomoteurs" ne sont pas inclus. "On considère que le marché de la moto commence au-dessus des 50 cc", explique ainsi Stijn Vancuyck.

Les cyclomoteurs sous les 55 km/h sont en baisse de 10%, mais la tendance s’inverse quand on prend les chiffres des cyclomoteurs sous les 45 km/h, en progression de 42%. L’un dans l’autre, la progression des cyclomoteurs est de 18,5% à 16.629 unités. "Avec l’arrivée du vélo à assistance électrique et une vitesse de pointe de 25 km/h, le cyclomoteur classe A semble tomber en disgrâce auprès de l’acheteur", explique la Febiac.

Les chiffres de la Febiac ne prennent en compte que les deux-roues avec certificat de conformité et ne reflètent donc pas le marché du vélo électrique dans son ensemble.

Sans même avoir tous les chiffres de ventes de vélos, on voit que 3 marques de vélos électriques occupent le top 5 des cyclomoteurs de classe A (25km/h). En première position, la marque Riese Und Muller et ses 1.551 immatriculations sur 9 mois (+ 270%) suivie de Stromer (1.415 immats et 2.674% d’augmentation).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés