Les nouveaux moteurs diesel ne sont pas aussi propres qu'on le dit

Une grande proportion des particules émises par les moteurs diesel ne sont toujours pas mesurées aujourd’hui. ©ANP

Les filtres à particules des moteurs diesel Euro 6d-temp émettent un pic de particules lors de leur nettoyage, tous les 480 kilomètres. Une faille dans la réglementation ne tient pas compte de ces émissions nocives, relève l'ONG Transport & Environnement.

La forte concentration de particules dans l'air ambiant est classée comme le sixième facteur de risque de décès dans le monde. Ce type de pollution est associé, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), à une incidence accrue des cancers. Or, selon l'ONG Transport & Environnement, les derniers modèles diesel présentent de graves dangers pour la santé à cause de leurs filtres à particules, qui doivent être nettoyés régulièrement pendant la conduite.

"Les nouvelles voitures diesel polluent jusqu’à plus de 1.000 fois plus d’après des tests effectués sur deux modèles parmi les plus vendus", note l'ONG. Le problème réside dans le fait que les filtres à particules doivent être nettoyés régulièrement, environ tous les 480 kilomètres. À ce moment-là, un pic de pollution a lieu et il peut durer pendant 15 kilomètres. Alors, "les émissions dangereuses de particules sont au moins 1.000 fois plus importantes que d’ordinaire".

Tests en laboratoire

L'ONG a fait tester deux modèles en laboratoire: une Opel Astra 1,6 diesel et une Nissan Qashqai 1.5 dCi. Les deux voitures ont dépassé les limites légales d’émission de particules de 32 à 115% pendant les essais lors desquels la régénération de leur filtre avait lieu. On peut s'étonner que les contrôles renforcés ne pointent pas cette nuisance. Selon transport & Environnement, cela est dû au fait que lorsque les émissions de particules atteignent ces pics extrêmes, "les limites d’émission sont ignorées et les tests sont relancés"...

©T&E

Plus de 45 millions de voitures, "générant ces pics de pollution, qui se manifestent en moyenne, une fois toutes les deux semaines", seraient équipées de cette technologie en Europe. Les modèles diesel Euro 6d-temp les plus récents ne seraient donc pas propres, contrairement à ce qu'affirme l'industrie automobile.

"Une grande proportion des particules n'est toujours pas mesurée aujourd’hui, mais constitue néanmoins un risque grave pour la santé", relève donc l'ONG, qui voudrait maintenant que les régulateurs prennent le problème à bras-le-corps, reconnaissent que ces nouvelles voitures sont très polluantes et mettent en place des contrôles et des mesures adaptés. Concernant les prochaines générations de moteurs, l'ONG  recommande à la Commission européenne "d'être ambitieuse et de faire en sorte que les limites d'émissions post-Euro 6 soient les plus strictes au monde".

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés