Les Polestar électriques à l'assaut de la Belgique

©AFP

Polestar lance sa grande offensive commerciale en Belgique. Les voitures électriques de 470 km veulent se vendre essentiellement en ligne. Mais la marque du groupe Geely s’appuie sur le réseau Volvo. 4 espaces Polestar vont voir le jour à Liège, Bruxelles, Gand et Anvers.

C’est l’année de vérité pour Polestar en Belgique. La marque cousine de Volvo qui se spécialise sur les véhicules électriques fait son grand baptême commercial en 2020 chez nous. Il y avait déjà la Polestar 1, mais cette voiture était produite en petite série. L’histoire est différente avec la Polestar 2, une berline électrique basée sur le châssis des véhicules compacts de Volvo, la plateforme CMA. Le propriétaire de Volvo, le groupe Geely, a tenu à ce que Polestar soit une marque à part, le "fer de lance électrique du groupe", comme l’appelle le COO de la marque Jonathan Goodman.

"Le client ne veut pas être forcé à l’achat dans une concession ni faire la file à 8 heures du matin au garage."
Jonathan Goodman
COO de Polestar

Rencontré au Salon de l’auto de Bruxelles, ce dernier nous clarifie la stratégie commerciale de la Polestar 2. "En établissant Polestar comme une marque à part, on n’a pas le problème de l’héritage d’une marque automobile, ce qui est le problème de tous les constructeurs automobiles qui se demandent comment parler de l’électrique tout en continuant à vendre des véhicules thermiques comme ils l’ont toujours fait", dit Goodman.

Vente en ligne

Polestar peut aussi rompre d’autres codes, comme celui des concessionnaires. Il n’y en aura pas chez Polestar à proprement parler. L’année passée, Polestar a par contre effectué un "roadshow" en Belgique. La marque veut avant tout vendre ses voitures en ligne. Le client se connecte et configure sa voiture lui-même en ligne. Les Polestar seront directement livrées chez les clients. En cas de réparation ou d’entretien, les équipes Polestar viendront chercher la voiture. Dans les faits, Polestar va en fait s’appuyer sur le réseau de distribution et de garages Volvo, mais sans que le client ne doive y mettre les pieds.

Salon de l'auto | 2020, le vrai départ de la voiture électrique?

Par contre, la marque va ouvrir 4 "espaces Polestar" dans les centres-villes de Gand, Anvers, Bruxelles et Liège. Pour chaque site, Polestar a choisi un partenaire dédié. À Bruxelles, ce partenaire est Sterckx-De Smet. À Gand il s’agit de ACG, à Anvers de Fidenco, filiale d’Alcopa, et à Liège de Nordicar. "Le client voudra continuer de toucher les voitures, j’en suis convaincu", dit Goodman.

Ces magasins qui n’en sont pas feront de 250 à 300 m². Ils sont la réponse à ce besoin qu’ont encore les clients de voir les produits. Ici, il n’y aura pas de vendeurs, mais des collaborateurs qui expliqueront les différents aspects techniques et les particularités des voitures. L’idée reste que la vente se fasse en ligne. "Personne ne sera payé à la commission dans nos espaces Polestar, il n’y aura pas de stock, nos équipes seront juste-là pour aider le client. Cela va être assez unique en termes d’ambiance", sourit Goodman. "Avec cette façon de faire, on enlève deux grandes frustrations du client. Il ne veut pas être forcé à l’achat comme c’est le cas dans des concessionnaires classiques. Il ne veut pas non plus faire la queue à 8 heures du matin dans son garage pour un entretien ou autre."

799 euros par mois

60.000
euros
La Polestar 2 sera disponible à partir de 60.000 euros.

La voiture est à 60.000 euros et sera disponible à 799 euros par mois pour une belle autonomie de 470 kilomètres en WLTP. Elle s’attaque au marché type de la Tesla Model 3. Les premières Polestar 2 seront livrées en été en Belgique. Si Polestar veut rompre avec le business automobile classique, la marque aura quand même une petite équipe dédiée aux clients flottes. Son modèle en ligne et électrique pourrait séduire de nouveaux types de compagnies. Évidemment, le succès de la marque en Belgique dépendra du succès du véhicule électrique chez nous. "On va avoir un début de basculement cette année, la vitesse on verra bien. L’infrastructure doit se développer en Belgique, mais avec 470 kilomètres, ce n’est pas vraiment un frein. On pense que la Belgique va être un marché important", détaille Goodman.

Rappelons que la Polestar 2 est construite sur la même base que la Volvo XC40 produite à Gand, mais pour l’instant toutes les Polestar sont produites en Chine et ce, même si Polestar se veut une marque suédoise dans le giron de Volvo. Produire la voiture en Belgique n’est pas à l’ordre du jour, mais c’est une évidence que cela serait possible.

C’est donc en toute logique que la marque se lance d’abord en Chine. Ce marché est le plus important pour la marque. En Europe, en plus de la Belgique, Polestar arrive en Suède, en Norvège, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Allemagne. Quand aux objectifs chiffrés de la marque, Polestar n’en donnera pas. Les ventes se compteront en dizaines de milliers de voitures dans le monde. On tente quand même: Quelques centaines de véhicules en Belgique? "Ce sera plus que quelques centaines, il y a de la place", répond Jonathan Goodman.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect