Les Wallons se chauffent et cuisinent au gaz. Pourquoi ne roulent-ils pas au gaz?

Vingt millions de véhicules roulent au gaz naturel dans le monde, dont deux millions en Europe et environ 2.000 en Belgique. ©AFP

Ores veut développer les stations-services au gaz naturel en wallonie.

Les stations-service proposant du "gaz naturel véhicule" (GNV) sont "des instruments que nous voulons développer en Wallonie", a indiqué jeudi Ores, le gestionnaire principal du réseau de distribution de gaz et électricité en Wallonie, lors d'une conférence de presse. Alors que la Flandre compte déjà 24 de ces stations, le sud du pays accuse un certain retard puisque qu'il n'en compte aucune actuellement.

"C'est un peu paradoxal car une grande partie des Wallons se chauffent au gaz, cuisinent au gaz, ... alors pourquoi ne roulent-ils pas au gaz? ", se demande Cyprien Devilers, président du conseil d'administration d'Ores Assets, qui entend faciliter l'installation de stations-service sur le territoire wallon et ambitionne, par là, de développer "une mobilité basée sur la gaz naturel, plus verte".

"L'entreprise met ses ressources humaines et ses compétences à disposition pour du conseil, de l'information sur la capacité de ses réseaux de distribution à accueillir des installations à moindre coût, pour les procédures dites de 'permitting' et bien sûr, pour le raccordement des stations au réseau", précise Ores qui gère plus des deux tiers du réseau de distribution de gaz naturel en Wallonie.

Plusieurs arguments sont avancés pour pousser les Wallons à rouler au gaz:

  • les avantages économiques -"car malgré la baisse du prix du carburant, le gaz naturel reste moins cher"-,
  • les avantages financiers pour Ores en maximisant l'utilisation de son réseau de distribution de gaz ainsi que les avantages écologiques.

Les émissions de monoxyde de carbone et d'oxyde d'azote des véhicules sont en effet diminuées de 50%, les émissions de CO2 de 12% par rapport au diesel et de 27% par rapport à l'essence, les émissions de particules fines de 95% et le bruit de 75% par rapport aux véhicules traditionnels.

De plus, le gestionnaire insiste sur la meilleure sécurité des véhicules roulant au gaz naturel, le GNV étant accepté dans les parkings et le point d'inflammation étant plus élevé que pour les véhicules essence. Enfin, Ores stipule que la distribution de gaz pour les véhicules pourrait être directement disponible grâce à son réseau.

Vingt millions de véhicules roulent au gaz naturel dans le monde, dont deux millions en Europe et environ 2.000 en Belgique. Actuellement, Opel, Mercedes, Fiat et Volkswagen proposent des véhicules GNV.

"La transition énergétique n'a pas réellement commencé; nous sommes encore dans un monde d'hydrocarbures mais parmi eux se trouve le gaz naturel. Nous avons la volonté d'être partie prenante dans ce mouvement. C'est un modèle qui tient la route et qui n'est absolument pas farfelu", a ajouté Cyprien Devilers.

Sans avoir d'objectif chiffré, Ores privilégie l'implantation de stations-service le long de la dorsale wallonne ainsi qu'au sein des sociétés, dans les aéroports et les plateformes multimodales.

Trois stations vont déjà voir le jour en Wallonie, à Tournai et Nivelles (mars 2015) ainsi qu'à Lessines. Par ailleurs, Ores a commandé 22 premiers véhicules au gaz naturel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés