interview

Markus Duesmann, CEO d'Audi: "Il y aura un successeur à l'e-tron dans notre usine Audi Brussels"

Markus Duesmann a pris la tête de toute l’ingénierie au sein du groupe Volkswagen. Il vante la qualité et la modernité d'Audi Brussels. ©BELGAIMAGE

Audi lance son blockbuster électrique, la Q4 e-tron produite à Zwickau. Le CEO Markus Duesmann nous réaffirme au passage qu'Audi Brussels aura un successeur à l'e-tron.

Il y a des moments où un certain stress est palpable, même dans l’un des sanctuaires de l’automobile allemande comme Ingolstadt en Bavière. Le lancement de la Q4 électrique d’Audi est l'un de ceux-là. Autonomie jusqu'à 520 kilomètres (WLTP) ou prix de base à 42.000 euros, le véhicule a des points forts pour plaire à la clientèle cible de la marque aux quatre anneaux. Ce n’est pas la première fois qu'Audi lance un véhicule important, ni la première fois qu’elle lance un véhicule électrique, mais ce Q4 e-tron est stratégique pour Audi qui s’attaque à son segment avec le plus de volume. Segment où il faudra rivaliser avec une certaine iX3 de BMW, la Polestar ou de nombreux nouveaux entrants qui attaquent le marché du véhicule électrique.

"La Q4 e-tron est notre modèle dans le cœur de notre volume où nous produisons de loin le plus. C’est notre chemin vers la mobilité de masse."
Markus Duesmann
CEO d'Audi

Le CEO d’Audi, Markus Duesmann nous le dit sans détour. "L’e-tron, une voiture à succès, était notre départ dans les voitures à batterie. L’e-tron GT montre le plaisir et la beauté que peuvent revêtir les voitures électriques. La Q4 e-tron est notre modèle dans le cœur de notre volume où nous produisons de loin le plus. C’est notre chemin vers la mobilité électrique de masse. Nous voulons de grands volumes de ventes", nous répond le CEO.

Celui-ci a pris les commandes d’Audi il y a un an. Il est un ingénieur de haut vol et a notamment officié chez BMW et Mercedes-Benz. Il est non seulement à la tête d’Audi, mais aussi à la tête de toute l’ingénierie au sein du groupe Volkswagen. Un de ses objectifs est qu’Audi reste à la pointe de la technologie dans l’industrie alors que l’électromobilité a lancé une bataille technologique dantesque dans le secteur. Audi travaille ainsi d’arrache-pied sur son projet Artemis qui vise à amener des technologies novatrices sur le marché en 2024. "À la fin de cette année, nous aurons 5 véhicules à batterie dans le marché, c’est déjà plus de modèles que Tesla".

La Q4 e-tron d'Audi est produite à Zwickau. ©Audi

Tesla est-il son principal concurrent dans l’électrique?  "Ils deviennent plutôt un acteur du segment de masse selon nous. Dans le Premium, nous avons beaucoup de compétition comme la BMW iX3 ou la Mercedes EQA", dit Duesmann qui est persuadé que même dans un monde de voitures électriques, Audi a encore toutes les cartes en main pour se différencier.

Quid de Forest ?

La Q4 e-tron sera produite à Zwickau en Allemagne de l'Est, mais l’aventure électrique d’Audi a réellement commencé à Forest, à l’usine d’Audi Brussels qui produit les e-tron. Un véhicule qui a connu un beau succès particulièrement dans les marchés matures du véhicule électrique. En Norvège, l’e-tron a ainsi été la voiture la plus vendue en 2020 devant la Tesla Model 3. "C’est une voiture fantastique. Cela montre que la mobilité électrique fonctionne bien dans les marchés bien développés. Qu’une voiture d’un tel prix qui se retrouve numéro 1 dans les ventes, cela nous a quand même un peu surpris", détaille le CEO.

"Il y aura un successeur à l’Audi e-tron. Bruxelles est l’usine la plus moderne que nous possédons et ils produisent une super qualité."
Markus Duesmann
CEO d'Audi

Mais, à l’usine de Bruxelles, on pense déjà à l’avenir. L’e-tron sera-t-elle renouvelée? Quel modèle suivra en production à Forest? Le CEO avait préparé sa réponse. "L’e-tron est encore jeune dans son cycle de vie. Nous allons amener quelques mises à jour. Il y aura un successeur à l’Audi e-tron. Bruxelles est l’usine la plus moderne que nous possédons et ils produisent une super qualité", assure le patron.

Mais ce successeur sera-t-il une Audi ou pourrait-il s’agir d’un modèle d’une autre marque du groupe? "Nous avons un système de production Volkswagen. Donc de manière générale, nous sommes capables de produire des voitures d’autres marques. Rien n’est décidé de manière définitive. Il est peu probable que nous produisions une voiture d’une autre marque qu'Audi en Belgique, mais cela pourrait arriver", répond Duesmann.

Si Audi va très vite vers l’électrique, le virage est moins serré que pour Volvo qui va devenir entièrement électrique d’ici 2030.

"C’est leur décision. Jaguar a annoncé 2025. Nous ne sommes pas si désespérés. Nous avons une bonne base de clients aussi pour les moteurs à combustion. Il y a des parties du monde où le véhicule électrique ne sera pas une option pendant longtemps. Regardez l’Afrique, l’Inde ou le Texas. Il est difficile de voir aujourd’hui comment des voitures à batterie électrique pourraient y fonctionner. Mais cela arrivera et nous serons capables de réagir. Nous sommes convaincus et nous soutenons totalement les voitures électriques. Chez Audi, on investit 15 milliards d’euros d’ici 2025 dans la voiture électrique", détaille le patron.

90% de son portefeuille de modèles possède encore une version thermique. Ce ne sera plus le cas que pour un tiers de la gamme à la fin de la décennie. Quant au dernier moteur à combustion "ce sera le meilleur, le plus compétitif", dit Duesmann.

15
milliards d'euros
Audi va investir 15 milliards d'euros dans l'électrique d'ici 2025, mais n'a pas encore décidé d'une date de fin pour ses moteurs thermiques.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés