analyse

Place au printemps abordable pour le véhicule électrique

La Dacia Spring se base sur la Renault City K-ZE et est, comme sa cousine, produite en Chine. ©Jean-Brice LEMAL

Dacia veut révolutionner le marché électrique par le bas avec sa Spring à 17.000 euros, compétitive avec les voitures essence pour les trajets de tous les jours.

Trop cher. À côté des défis liés aux bornes de recharges, le prix reste un frein important aux véhicules électriques, encore fort associés au luxe. Les voitures électriques ont en effet attaqué le marché par le haut de gamme, comme c’est souvent le cas avec les nouvelles technologies.

On a beaucoup entendu Tesla sur la question du véhicule électrique bon marché, avec l'ambition d’une Tesla à 25.000 dollars encore loin d’être atteinte. Les Model 3 du constructeur commencent actuellement autour des 48.000 euros sur son site belge.

Dacia bondit

Dacia, leader de l’entrée de gamme automobile, ne veut pas se faire damer le pion. La filiale du groupe Renault veut être le leader du véhicule électrique abordable avec sa Spring "made in China", dont les commandes ouvrent le 15 avril en Belgique, pour des livraisons en septembre.

17.000
euros
Dacia a désormais la voiture électrique la moins chère du catalogue. Sa Spring coûte environ 3.000 euros de moins que les modèles les plus compétitifs du marché.

C’est un véhicule évidemment bien plus modeste qu’une Tesla. Il possède 230 kilomètres WLTP d’autonomie (305 kilomètres en cycle urbain). Mais c’est tout de même une voiture capable de répondre à l’essentiel des besoins de mobilité des Belges, mis à part les grandes transhumances.

Avec un prix à 17.000 euros, la Dacia Spring rivalise avec de nombreux véhicules thermiques, surtout si on prend en compte un coût de carburant moindre (mais variable en fonction de votre lieu de recharge) et des entretiens moins coûteux.   

Le prix est d’autant plus intéressant que la plupart des nouveautés électriques se situent au-dessus des 30.000 euros, comme la Peugeot e-208, la Volkswagen ID3, la MG ZS, la Kona Electric ou la Mini Electric.

Segment vide

La voiture électrique est parfaitement adaptée à la ville, entend-on depuis des années. Pourtant, peu de marques s’attaquent à ce segment spécifique des citadines, le segment A, très malmené pour l’instant en Europe. "Avec tout ce que l’on nous impose comme réglementation, nous avons du mal à intégrer cette technologie à un prix raisonnable", explique Karl Schuybroeck, directeur de la communication de Renault Benelux.

"La Twingo électrique et la Dacia Spring ne sont pas destinées à faire beaucoup de kilomètres. Il peut s’agir du second véhicule de ménage."
Karl Schuybroek
directeur de la communication de Renault Benelux

C’est le paradoxe des contraintes écologiques et de sécurité actuelles. Produire une voiture plus propre et plus sûre coûte de plus en plus d’argent. La tendance est donc de laisser tomber de plus en plus les petites citadines pour des modèles plus rentables, dont les SUV sur toutes leurs formes. La Twingo thermique entame sa fin de vie et ne sera pas renouvelée. Un sort similaire devrait attendre la Citroën C1, sa cousine la Peugeot 108 et la Volkswagen Up.

Batteries raisonnables

Cependant, Renault pense qu’avec des voitures électriques de segment A, qui n’embarquent pas des batteries trop imposantes, ce segment peut encore avoir du sens.

Sur le marché, un début de gamme de pures citadines électriques voit donc le jour, avec le pari qu'une certaine acceptation d’une autonomie plus limitée est en train de naître. On pense à la Fiat 500 électrique, qui devrait débuter à 24.000 euros dans sa version à la plus faible autonomie (180 km). Renault tâte aussi le terrain avec sa Twingo électrique à 20.000 euros, pour 190 km d'autonomie.

"La Twingo électrique et la Dacia Spring ne sont pas destinées à faire beaucoup de kilomètres. Il peut s’agir du second véhicule de ménage", estime Karl Schuybroek.

L’avis n’est pas partagé par tous dans l’industrie. "Le problème, c’est que la seconde voiture d’un ménage est toujours la première de quelqu’un", entend-on souvent.

Disparition de la e-Up

Jusqu’il y a peu, les voitures électriques les moins chères du marché étaient la Seat Mii électrique et la Skoda Citigo e iV. Deux véhicules à environ 20.000 euros qui ont été tout bonnement supprimés des catalogues par le groupe Volkswagen.

Ces deux voitures sont des dérivées de la e-Up de la marque Volkswagen. Celle-ci se commercialise encore en Europe pour un temps sur certains marchés phares de l'électrique. Mais ne la cherchez pas en Belgique, où le véhicule n’est plus vendu en motorisation électrique. Volkswagen met le paquet sur son ID.3, un véhicule lui aussi au-dessus des 30.000 euros.

"On développe aussi une solution 'business car sharing' complètement dédiée pour la Dacia Spring."
Karl Schuybroek
Directeur de la communication de Renault Benelux

Seat a annoncé ce lundi revenir en 2025 avec une citadine électrique qui devrait être un petit cross-over urbain. Pour l'instant, la marque n'a donc plus de véhicule électrique en gamme. En Belgique, ce véhicule se vendait pourtant correctement. "Il y avait une demande assez constante, notamment pour les flottes d'entreprise", dit Dirk Steyvers, porte-parole de Seat Belgique.

La réalité du terrain est que le véhicule électrique reste pour l’instant surtout vendu comme voiture de société en Belgique. Fiscalement, une voiture de société électrique est intéressante. Les sociétés sont plus habituées au calcul du coût par mois d’un véhicule tout compris et installent des bornes sur site ou à domicile. Elles peuvent donc se passer en grande partie d’infrastructure publique.  

"On développe aussi une solution 'business car sharing' complètement dédiée pour la Dacia Spring", détaille Schuybroek. Les sociétés seraient selon lui de plus en plus enclines à passer vers des flottes de voitures partagées électriques et une Dacia Spring y aurait toute sa place. Un premier gros partenariat a été signé en France, où les Dacia Spring seront en location à 7 euros par jour chez Leclerc tout compris.

Vous avez dit trop cher ?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés