interview

"Plus de 75% des Porsche sont toujours immatriculées"

©doc

Les oldtimers ont la cote... Porsche surfe sur la vague et construit un réseau dédié à ses classiques: maintenance, restauration,...

Il est presque frustré, à entendre toutes nos questions sur le futur électrique de Porsche. "Mais parlons de ce que l’on peut acheter aujourd’hui. Parlons de la Panamera, de la Cayman, de la Boxster, etc. Ce sont de superbes voitures. Elles seront là pour de nombreuses années, car le monde ne tourne pas seulement autour des véhicules électriques. Les deux technologies coexisteront pendant longtemps", s’emballe Bernhard Maier, à la tête des ventes et du marketing chez Porsche, lors d’un entretien en tête à tête.

  • Porsche a de très bons chiffres mais il y a beaucoup de volatilité en Chine. Comment voyez-vous la fin de l’année?

Nous sommes sur la bonne voie vers une nouvelle année record. En Chine, nous avons vu les changements arriver depuis plusieurs mois. On a dû réagir et y ajuster notre production, pour rester en ligne avec notre principe qui veut que l’on produise toujours une voiture en moins que ce que le marché peut absorber.

  • Certains analystes voient déjà 2015 comme une année de pic pour l’automobile. C’est le cas pour Porsche?

Nous avons déjà presque atteint tous les objectifs de notre stratégie 2018 lancée en 2011. Nous avons plus que doublé nos ventes sur ce laps de temps. C’est le genre d’accomplissement que l’on ne pourra pas reproduire à l’infini. Pendant les trois prochaines années, on s’attellera davantage à la consolidation afin de nous préparer pour la prochaine étape possible dévoilée ici à Francfort: la concept car Mission E. C’est une vision claire de ce à quoi pourraient ressembler les "sportscars" dans le futur.

  • Pourquoi était-ce important de dévoiler ce type de voiture?

D’abord parce que nous croyons dans cette technologie. Nous avons été les premiers à offrir des super-sportscars avec un plug-in hybride. Nous pensons que la mobilité électrique sera l’un des grands moteurs, à l’avenir, de la mobilité.

  • À quelle vitesse pourrez-vous offrir ce type de véhicule électrique à la clientèle?
75%
Plus de 75% des Porsche construites dans l’histoire ont toujours une plaque d’immatriculation.

Cela ne dépend pas seulement du constructeur, mais aussi de l’environnement, de l’infrastructure offerte par les pays et aussi de la volonté de nos clients d’accepter cette technologie. Il faudra que ce type de véhicule devienne au moins aussi pratique que ceux d’aujourd’hui avec les technologies actuelles.

  • Vous arrivez avec beaucoup de motorisations turbo, des SUV, des voitures électriques. Est-ce que Porsche n’est pas en train de perdre son âme?

Est-ce que nous avons l’air de gens sans âme? (rires) Plus sérieusement, Porsche est le constructeur de voitures de sport qui connaît le plus de succès. Nous le serons aussi dans le futur et ce, quels que soient les modèles que nous allons produire. Que ce soit une voiture de sport à deux, quatre ou cinq portes, que le moteur soit au milieu, à l’avant ou à l’arrière. Et si la voiture est propulsée par un moteur électrique, elle restera quand même une voiture de sport.

  • La voiture électrique est une réponse aux gens de la Silicon Valley non?

Oui bien sûr, mais cela n’est pas alimenté par un seul concurrent, mais par l’environnement, les objectifs CO2 et le futur de notre mobilité. Vous verrez des turbines électriques dans les voitures de sport de tous les constructeurs du monde.

  • Que pensez-vous chez Porsche du boom des oldtimers?
"Cette décennie, nous allons construire dans le monde 75 centres pour voitures classiques."

Certains appellent ça l’"appel du garage". Porsche a toujours été une marque très exclusive. Nos voitures bénéficient donc clairement de cette tendance. Nous avons observé un boom majeur ces deux derniers mois et nous avons toujours été très recherchés.

Plus de 75% des Porsche qui ont été construites dans l’histoire ont d’ailleurs toujours une plaque d’immatriculation.

  • Comment capitalisez-vous là-dessus? Comment en retirer des profits?

Depuis deux décennies, nous avons un département classique qui ne vend pas seulement des pièces, mais aussi des assurances. Nous proposons des services de maintenance, de réparation et de restauration. On va, dans les deux prochaines années, construire avec notre réseau des centres pour voitures classiques. À la fin de la décennie, nous en aurons environ 75 à travers le monde.

  • Est-ce que vos futurs modèles électriques deviendront des classiques dans 40 ans? Les composants électriques ne risquent-ils pas de tomber en ruines avec le temps?

Vous seriez très chanceux de posséder la première voiture électrique développée par Porsche. Vous deviendriez un homme très riche.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés