Pour sa nouvelle stratégie, Renault va s'inspirer de Peugeot

L'ancien patron de Seat et nouveau CEO de Renault, Luca de Meo, détaillera sa stratégie en janvier 2021. ©AFP

Luca de Meo a confirmé que la course aux volumes était finie pour Renault. Place aux véhicules à meilleures marges et à une stratégie à la Peugeot-Citroën.

L'histoire aime bien l'ironie et l'histoire industrielle ne fait pas exception. Le nouveau CEO de Renault, Luca de Meo a dévoilé les axes de sa nouvelles stratégie dans Le Point. Une fois n'est pas coutume, le patron a dit tout le bien qu'il pensait de la stratégie de son grand rival, PSA.

Selon lui, "Renault doit se développer sur les segments de véhicules plus rémunérateurs que les petites voitures" en s'inspirant de son grand rival français. "Carlos Tavares chez PSA a fait un travail extraordinaire avec une belle montée en gamme des véhicules, avec les Peugeot 3008 et 5008 ou les Citroën Aircross", a-t-il dit.

C'est d'autant plus fort comme message que Carlos Tavares, le grand patron de PSA était numéro deux de Carlos Ghosn chez Renault avant de manifester ses envies d'ailleurs et d'être remercié. S'en sont suivi deux stratégies très distinctes. Chez Renault, Carlos Ghosn était un grand partisan de la course au volume via des alliances pour partager les coûts. Avec Nissan d'abord et avec Mitsubishi ensuite.

Peugeot-Citroën de son côté est d'abord passée par une rationalisation accrue des coûts dans chacun de ses départements et une sélection minutieuse des nouveaux modèles. Le credo par excellence de Carlos Tavares étant qu'il faut pouvoir être rentable, même quand la conjoncture est mauvaise et que l'on vend moins de voitures.

Profits avant le volume

C'est la voie qui sera désormais prise chez Renault, qui va mettre le cap sur les profits. "On va changer toute l'organisation pour passer d'une politique de volumes à celle de la valeur. Ce sont les marges qui permettent d'investir et de se développer", a expliqué Luca de Meo, disant vouloir "la qualité pour les produits et de la rentabilité".

Le nouveau patron n'a donc pas peur de le dire, Renault va peut-être faire l'impasse sur certains marchés peu rentables. Cette stratégie axée sur les profits avant les volumes et sur la spécialisation géographique colle en plein avec le repositionnement stratégique de toute l'Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi dans lequel chaque marque devra se spécialiser sur une partie du monde.

Le groupe Renault comptera donc 4 marques: Renault, Dacia, Alpine et une marque axée sur les nouvelles mobilités.

Évidemment, Luca de Meo n'oublie pas que le secteur de la mobilité change très vite. Il en a d'ailleurs eu une très belle expérience quand il était patron de Seat à Barcelone. La marque espagnole se veut un laboratoire des nouvelles mobilités au sein du groupe VW. Le groupe Renault comptera donc 4 marques: Renault, Dacia, Alpine et une marque axée sur les nouvelles mobilités.

En janvier 2021, Luca de Meo va présenter sa stratégie pour le groupe en détail. Il y a urgence car en 2019, Renault enregistrait sa première perte nette depuis 2009 (141 millions d'euros) . Avec la crise du coronavirus, le résultat d'exploitation au premier semestre était négatif de 2 milliards d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés