Recticel dément avoir eu un accord avec Kingspan

©Photo News

Lors de l'assemblée générale de Recticel, son management a démenti les propos du CEO de Kingspan sur l'existence d'accords provisoires sur la vente de deux de ses divisions.

L’assemblée générale ordinaire de Recticel n’avait d’ordinaire que le nom. Alors que la société cherche à désinvestir dans ses activités automobiles, elle a été au centre d’une offre de rachat de deux de ses divisions dans l'isolation par son concurrent Kingspan ces derniers mois. Une offre à 700 millions d’euros que les dirigeants de l’entreprise ont finalement rejetée.

Depuis que nous avons refusé cette offre, on a perdu de la valeur boursière, mais on reste au-dessus des niveaux d’avant l’offre. Peut-être que le marché a réalisé la valeur de certaines de nos activités.
Olivier Chapelle
CEO de Recticel

Le patron de Kingspan Gene Murtagh a dit à ses actionnaires qu’un accord provisoire avec le management de Recticel avait pourtant été trouvé à deux reprises avant de finalement devoir jeter l'éponge. Des déclarations formellement démenties par les patrons de Recticel lors de l'AG. "Nous n’avons jamais eu d’accord avec Kingspan ", assène Johnny Thijs, le président de Recticel. "Cette offre n’était pas dans l’intérêt des actionnaires. Kingspan n’a pas répondu aux différentes questions. Il n’y a plus de négociations avec d’autres parties", a insisté de son côté Olivier Chapelle, CEO de Recticel.

"Mais qu’est-ce que Kingspan pense qu’il pouvait faire de mieux dans l’isolation que vous?", questionne un actionnaire. "Notre technologie est meilleure. Notre division isolation est plus profitable et a une meilleure croissance organique. Alors qu'eux, ils font des acquisitions", a répondu le CEO.

Parmi ses quatre divisions, l’isolation est très importante pour la société. Le trading update a ainsi montré que les ventes combinées de Recticel sont en baisse de 8% au premier trimestre. Pas vraiment en raison du volume, mais surtout à cause des prix en baisse, car les matières premières sont en baisse. Recticel a dû adapter ses prix. Dans ce contexte, seule l’isolation a progressé au premier trimestre avec une progression de 4%.

Relations compliquées avec Greiner

Dans son approche de Recticel, Kingspan avait utilisé une sorte de cheval de Troie, une tierce partie, qui était d’accord pour la revente des divisions. Il s’agissait du groupe autrichien Greiner avec lequel Recticel possède une joint-venture, Eurofoam.

Comment les relations vont évoluer entre les deux partenaires alors que Greiner a clairement joué le jeu de Kingspan? C’était la question compliquée lors de l’assemblée générale. Utilisant un euphémisme, le président de Recticel a indiqué que les manœuvres du groupe autrichien n’étaient "pas sympathiques". Le volet opérationnel doit continuer, mais la relation s’est clairement dégradée, revient-il du management. "Eurofoam est très important pour eux et pour nous. On ne va rien faire de stupide, mais ça change la façon dont on va travailler ensemble", a insisté Johnny Thijs.

Impact en cas de Brexit?

Souvent mentionnée comme une entreprise fort menacée en cas de Brexit dur, Recticel a précisé que tout ce qu’elle produisait au Royaume-Uni, elle le vendait là-bas. Les matières premières sont importées, mais "les concurrents sont tous dans la même situation. Si les livraisons ralentissent, cela peut poser un problème à court terme", a détaillé Chapelle devant les actionnaires. "D’un point de vue compétitif cela ne pose pas de problème", assure Thijs.

En attendant, Recticel augmente ses stocks au Royaume-Uni et essaye d'en faire de même chez ses clients.

Valeur boursière

Olivier Chapelle, CEO de Recticel. ©Tim Dirven

L'action Recticel a été secouée par les rumeurs de rachat avec une envolée d'abord puis une chute ensuite. "Depuis que nous avons refusé cette offre, on a perdu de la valeur boursière, mais on reste au-dessus des niveaux d’avant l’offre. Peut-être que le marché a réalisé la valeur de certaines de nos activités", a estimé Olivier Chapelle. Il a rajouté que, depuis l'augmentation de capital en 2015, Recticel a enregistré une meilleure performance que les indices boursiers belges. 

Il aussi rappelé que, depuis 4 ans, le dividende est en hausse. Cette année, Recticel distribuera un dividende brut de 0,24 euro par action, payable le 3 juin. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n