Rouler au diesel coûte 30% de plus qu'il y a 3 ans

©AFP

Mauvaise nouvelle pour les conducteurs de véhicule au diesel. Selon le VAB, ils ont vu leurs taxes tripler depuis 2015. Désormais, opter pour le diesel plutôt que pour l'essence n'est intéressant que pour les gros véhicules, ceux qui chaque année parcourent un très grand nombre de kilomètres ou ont besoin de tracter, explique Maarten Matienko, porte-parole.

Elle grimpe, elle grimpe la facture fiscale des conducteurs de voitures diesel. Selon les chiffres de VAB, rouler au diesel coûte désormais 30% de plus qu'en 2015; et ce uniquement sur base des taxes. À titre comparatif, notons que ces dernières ont progressé de 5% pour les véhicules essence.

La raison? En 2012, le gouvernement a introduit une série de mesures dont notamment la réforme liée à la taxe d'immatriculation. Elle se fonde désormais sur des critères environnementaux rendant de ce fait la taxe sur le diesel plus chère que sur l'essence. Ajoutez à cela un prix d'achat de facto plus élevé pour un véhicule diesel.  

D'autres nouveautés pèsent aussi sur le diesel:

→ la nouvelle taxe routière, en vigueur depuis 2016, accroît encore les coûts d'un conducteur de voiture diesel de 13 à 22%.  En effet, lors de la détermination de la taxe, la cylindrée du moteur et la teneur en CO2 sont prises en compte, mais plus uniquement. Le type de carburant est aussi déterminant dans le nouveau calcul. Les voitures essence bénéficient d'un bonus, là où les voitures diesel sont taxées d'un malus. 

→ les droits d'accise. Le VAB revient sur l'alignement progressif des droits d'accise entre l'essence et le diesel via le "système de cliquet". Il prévoit que les réductions du prix du diesel sont en partie converties en droits d'accises. De plus, d'ici cet été, les droits d'accises devraient être exactement les mêmes, de quoi renforcer la pression sur le prix du diesel.  Certes les conducteurs essence continuent de payer plus compte tenu du fait que les moteurs essence consomment davantage que les moteurs diesel.

→ dernier poste: l'introduction des zones à faibles émissions comme à Anvers et l'expansion prévue de ces zones à d'autres villes belges ou européennes. Si l'effet concret de ce phénomène est encore flou, il rendra probablement moins cher l'achat d'occasion des voitures diesel. 

Au final, acquérir aujourd'hui un véhicule diesel n'est intéressant sur le plan financier que pour les gros SUV ou monovolumes. Pour ce type de véhicule, la variante essence est moins intéressante sur le plan de la consommation.

Le diesel reste prioritaire aussi pour les conducteurs de véhicules ayant besoin d'une importante force de remorquage, comme pour une caravane. Le diesel reste le carburant le plus économique.

Enfin, ajoutons à la liste, les conducteurs qui au fil des ans enfilent les kilomètres de manière importante. Néanmoins, selon VAB dans ce cas, l'option du GNC (gaz naturel) est aussi envisageable à condition toutefois d'avoir une station de remplissage à proximité.   

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect