Publicité
Publicité

"Seuls VW et Volvo ont dévoilé des plans électriques suffisants"

Volkswagen a mis les gros moyens pour promouvoir l'électrique. Lors du match Italie-Turquie à l'Euro, la balle est arrivée dans une ID.4 miniature, sa dernière née 100% électrique. ©Pool via REUTERS

Transport & Environment s'est penché sur les stratégies des constructeurs automobiles. "Insuffisant pour atteindre les objectifs 2030 du Green Deal", juge la fédération.

L'électrification est un sujet mis en avant par la plupart des constructeurs. À l'analyse, Transport & Environment (T&E) estime néanmoins que les choses ne vont pas assez vite. "Même si les promesses actuelles sont tenues, on s’attend à ce que les ventes européennes de véhicules à batterie électrique soient au moins 10 points de pourcentage en deçà du niveau qu’elles devraient atteindre en 2030", estime la fédération d'ONG.

Volkswagen et Volvo sont les seuls bons élèves du tableau dressé par T&E. VW a en effet opéré un virage à 180° vers l'électrique, allant de ses nouveaux modèles à son empreinte industrielle jusqu'à la production de cellules de batterie. Idem pour Volvo, qui ne vendra plus que des véhicules électriques en 2030, de quoi lui conférer de bons points dans le classement de T&E. Ford vise aussi 2030, mais "semble pris par le temps", estime T&E.

Les constructeurs Renault et Hyundai/ Kia sont entre deux feux, avec de bonnes ventes électriques mais un plan de production qui n'est pas encore adapté, selon T&E. À noter que Renault et le groupe Stellantis doivent annoncer des nouvelles stratégies d'électrification dans les deux prochains mois.

Toyota voit rouge

"On s’attend à ce que Toyota parie sur les technologies hybrides polluantes."
Transport & Environment

T&E estime que les véhicules hybrides "plug in" (qui se rechargent sur secteur) polluent beaucoup trop en conditions réelles, ce qui explique les mauvaises performances de sociétés comme BMW ou Daimler dans son classement.

Longtemps auréolé d'une première place dans les classements des constructeurs les plus propres, Toyota voit rouge dans celui-ci. Le pionnier incontesté de l'hybride a eu plus de mal à accepter les véhicules à batterie ("battery electric vehicles", ou BEV), la marque croyant plutôt dans la pile à combustible à hydrogène. "Toyota n’a pas fixé d’objectif pour 2030 et prévoit de produire seulement 10 % de BEV en 2025. On s’attend à ce que le constructeur parie sur les technologies hybrides polluantes", craint-on chez T&E.

"La majeure partie des constructeurs sont à mille lieues de là où ils devraient se situer."
Julia Poliscanova
Directrice véhicules et e-mobilité chez T&E

"Les constructeurs automobiles veulent à tout prix redorer leurs blasons écologiques, mais, en réalité, la majeure partie d’entre eux sont à mille lieues de là où ils devraient se situer. Même ceux qui ont des ambitions manquent d’une stratégie adaptée pour les réaliser", tacle Julia Poliscanova, directrice véhicules et e-mobilité chez T&E.

La conclusion de T&E est sans appel: comme les plans industriels sont insuffisants, c'est à l'Europe de serrer la vis avec des objectifs d'émissions de CO2 en baisse de 25% en 2025, de 40% en 2027, de 65% en 2030 et une suppression du thermique en 2035.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés