Toujours moins de voitures diesel sur nos routes

©BELGA

Moins de 40% des voitures immatriculées en Belgique en 2018 possèdent un moteur diesel.

Le diesel perd du terrain, au profit de l’essence. Moins de quatre voitures sur dix immatriculées en Belgique ont désormais un moteur diesel, selon les derniers chiffres 2018 de la Febiac (Fédération belge de l’automobile et du cycle).

L’an dernier déjà, le marché de l’automobile belge était à un tournant puisque le nombre de véhicules à essence immatriculés était devenu supérieur à ceux possédant moteur diesel. Une première chez nous. Alors que le diesel représentait 80% du marché dix ans plus tôt.

Plusieurs facteurs expliquent cette chute des immatriculations des véhicules diesel. Entre autres, la suppression des primes CO2 en 2011, le dieselgate en 2015 et la nouvelle politique d’accises qui ne favorise plus le diesel.

Le tout au bénéfice de… l’essence

Le grand gagnant du recul des moteurs diesel reste l’essence. En effet, fin 2017, 46% des nouvelles immatriculations étaient des moteurs diesel, 48% des moteurs à essence, et seuls 5,5% des moteurs étaient à l’énergie alternative tels que l’hybride ou l’électrique.

Un phénomène qui s’est donc accentué durant les deux premiers mois de 2018, puisque désormais seuls 38% des nouvelles voitures possèdent un moteur diesel, 56% un moteur à essence et 6% utilisent l’énergie alternative.

Un déclin anticipé par l'industrie automobile

Au salon de l'automobile à Genève, le secteur de l'automobile a déjà anticipé cette chute du diesel. 

"Nous allons substantiellement diminuer notre recours au diesel, nous n'avons pas le choix."
Sergio Marchionne
patron de Fiat Chrysler

"Nous allons substantiellement diminuer notre recours au diesel, nous n'avons pas le choix", a annoncé le patron de Fiat Chrysler, Sergio Marchionne, ce mardi. La veille, Toyota avait affirmé qu'il allait cesser de vendre des voitures particulières diesel en Europe à la fin de l'année. Pionnier dans les motorisations hybrides essence-électrique, quatre véhicules sur dix vendus sur le marché européen chez Toyota sont désormais des hybrides.

Chez BMW, on insiste sur l'essor des ventes de véhicules électriques - le modèle i3 du constructeur allemand est l'un des plus vendus en Europe. "Nous croyons en l'électrification (...). Nous devons réagir de façon flexible aux évolutions du marché", a déclaré Harald Krüger, le PDG de BMW, qui n'anticipe pas de fin brutale du diesel. "Cela n'aurait pas de sens de renoncer à cette technologie", a de son côté assuré Dieter Zetsche, le patron de Daimler.

"Les voitures diesel connaîtront une renaissance dans un avenir pas si lointain, car les conducteurs qui les conduiront se rendront compte qu'ils offrent une conduite très confortable."
Matthias Müller
CEO de Volkswagen

Volkswagen, de son côté, croit en une renaissance du diesel. "Les voitures diesel connaîtront une renaissance dans un avenir pas si lointain, car les conducteurs qui les conduiront se rendront compte qu'ils offrent une conduite très confortable", a déclaré le PDG Matthias Müller à Genève.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect