portrait

Trevor Milton, le "wannabe Tesla" dans la tourmente

La société Nikola de Trevor Milton fait l'objet d'une enquête de la justice fédérale américaine. Son passé ne parle pas pour lui.

Trevor Milton se rêve en Tesla des camions. Un homme passionné qui "pitch" sa société comme personne, dit-on de lui aux États-Unis. L'homme n'en finit plus de faire l'actualité cette semaine. Après la SEC mardi, c'est au tour du département de justice américaine de mener son enquête sur les allégations de fraude autour de la société de Trevor Milton.

C'est un sacré couac dans la trajectoire de Milton qui aime donner de lui l'image d'un entrepreneur en série à qui tout sourit. Le gendarme des marchés américains travaillera main dans la main avec les bureaux du procureur fédéral de Manhattan. Les enquêteurs fédéraux vont se pencher sur les allégations laissant entendre que Nikola a délibérément menti sur ses progrès technologiques nécessaires pour la sortie de nouveaux modèles.

Swift ne recevra que 5 camions et se plaindra de pannes et d'une inefficacité de la technologie dHybrid.

Trevor Milton n'imaginait certainement pas ça en 2014. Il décidait alors de créer avec son frère Travis sa société, Nikola qui tire son nom de Nikola Tesla, l'inventeur serbe qui n'avait pas son pareil pour la mise en scène de ses inventions.

Après une enfance passée dans différentes villes américaines, Trevor Milton passera 18 mois dans une mission chrétienne au Brésil. Il s'essaye aux études supérieures en Utah, l'espace d'un semestre. Très peu pour lui, l'homme préfère se lancer directement dans les affaires.

Premiers problèmes avec dHybrid

Il créera notamment la société dHybrid déjà spécialisée dans la transformation de camions vers des versions hybrides. Le rapport de Hindenburg Research qui met en cause Nikola se penche aussi sur ce passé de Trevor Milton.

Hindenburg a mis la main sur un contentieux de 2012 entre dHybrid et Swift Transportation. Un test pour la conversion de 10 camions devait déboucher sur la conversion de 800 camions s'il était concluant. Swift ne recevra que 5 camions et se plaindra de pannes et d'une inefficacité de la technologie dHybrid. Aussi, Swift qui avait mis 2 millions de dollars dans le projet via l'achat de 9% des actions de Milton estimera qu'une partie de l'argent a été détournée à des fins personnelles.

12
Milliards $
Un deal à deux milliards avec GM qui a propulsé Nikola à une valorisation à plus de 12 milliards de dollars

Toujours selon les documents d'Hindenburg, Milton essaye alors de vendre sa compagnie à l'entreprise Sustainable Power Group LLC qui se retire des discussions un mois après le début de celles-ci et qui poursuit également Milton.

Qu'à cela ne tienne Milton relance alors une autre compagnie intitulée dHybrid Systems qu'il arrivera à vendre à la société Worthington pour une valorisation à 20 millions de dollars. Le rapport continue dans la même veine sur sa période chez Nikola.

Milton, qui dit à qui veut l'entendre qu'il va révolutionner le transport avec ses camions à pile à combustible à hydrogène et à batteries, organise depuis plusieurs années un très bon teasing autour de ses prototypes. Il prend dans le même temps son bâton de pèlerin pour convaincre sur sa dernière société et sa technologie. Et ça marche.

Il a déjà noué des partenariats stratégiques avec plusieurs groupes industriels réputés, dont le géant allemand de l'ingénierie Bosch et l'italien CNH Industrial de la famille Agnelli (Fiat Chrysler, New Holland, Juventus, etc.). Son dernier exploit: un deal à deux milliards avec GM qui a propulsé sa compagnie à une valorisation à plus de 12 milliards de dollars.

Le profil

  • Trevor Milton se définit lui-même comme un entrepreneur dans l'âme.
  • Il n'a pas fait d'études supérieures et est réputé pour se jeter corps et âme dans ses projets.
  • Il n'aurait pas son pareil pour faire des pitchs commerciaux.
  • Avant de fonder Nikola en 2014, il a créé plusieurs entreprises, dont dHybrid Systems (une compagnie de stockage de gaz naturel rachetée par Worthington Industries) et dHybrid.
  • 6 ans après avoir fondé Nikola, la compagnie a atteint une valorisation de plus de 12 milliards de dollars suite au deal avec GM. Une valorisation que Tesla a mis une décennie à atteindre.

800 trucks Anheuser Bush

"Si vous avez besoin d'un commercial pour présenter une nouvelle technologie à une entreprise, vous préférez avoir quelqu'un comme lui plutôt que quelqu'un qui arrive et livre le même message encore et encore", disait de lui Ingrid De Ryck dans les colonnes du site spécialisé Trucks.com. La vice-présidente belge en charge de l'approvisionnement chez Anheuseur Bush a commandé 800 camions à Nikola.

Un rôle d'assembleur technologique?

"La plupart des technologies importantes ne proviennent pas de Nikola", a expliqué à Bloomberg Sam Abuelsamid, analyste chez Guidehouse Insights. "Leur rôle est de tout mettre en place. Tant qu'ils ne peuvent pas exécuter, leur valeur marchande est ridicule."

Le CFO, un ancien de General Motors

Le CFO de Nikola, Steve Girsky est un ancien vice-président de General Motors. C'est grâce à ses contacts que le megadeal à deux milliards avec GM a été possible. Les compagnies d'investissement qu'il dirige ont déjà investi 700 millions de dollars dans Nikola en mars.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés