portrait

Umicore se dote d'un spécialiste automobile comme CEO

Venu de l'équipementier Faurecia, cet Allemand qui a fait toute sa carrière dans le secteur de l'automobile va succéder à l'emblématique Marc Grynberg, l'homme qui a transformé Umicore.

Mathias Miedreich sera le nouveau CEO d'Umicore . Issu de l’équipementier automobile Faurecia, l'homme a été choisi par le conseil d'administration pour succéder à Marc Grynberg. Le CEO de 55 ans était sur le départ depuis février après avoir profondément transformé l'entreprise. Le passage de flambeau est prévu pour le 4e trimestre de l'année, histoire d’assurer une transition en douceur.

De nationalité allemande, Mathias Miedreich, âgé de 46 ans, n’est pas vraiment une star du business. On ne sait pas grand-chose sur sa personnalité et l'annonce de sa nomination a laissé les analystes de marbre, ce lundi matin.

Une carrière dédiée à l'automobile

Mais il a un solide bagage derrière lui. Essentiellement dans l’industrie automobile où il a occupé divers postes de direction en Europe et en Asie. Titulaire d’un diplôme en commerce international de l’université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg, il a débuté sa carrière chez KPMG en 1999 et a travaillé depuis 2003 pour des géants comme Siemens VDO (électronique automobile), Continental (pneus, batteries, équipements, électroniques…) et l’équipementier automobile français Faurecia, où il a été nommé en 2013 vice-président de la stratégie et des nouvelles technologies pour l’activité «mobilité propre» avant devenir en 2019, vice-président exécutif adjoint de Faurecia Clean Mobility.

C’est donc quelqu’un du sérail automobile qui débarque chez le spécialiste de la technologie des matériaux et du recyclage. Comme de coutume dans ce genre de circonstances, son recruteur est dithyrambique: "Nous avions placé la barre très haut pour trouver un digne successeur à Marc et nous sommes convaincus que Mathias est le candidat idéal pour mener avec succès Umicore dans la prochaine phase de son développement", a indiqué le président du conseil d’administration Thomas Leysen en pointant notamment "sa vaste expérience internationale" et une "connaissance approfondie de l'industrie automobile".

Forte pression

La pression sera cependant forte sur le nouveau CEO. D’abord, il hérite d’une entreprise solide complètement transformée au service de la durabilité, prête à surfer sur le boom des véhicules électriques. Il y a quelques jours, le groupe a d’ailleurs présenté sa feuille de route 2035 qui vise à la neutralité carbone de ses activités. Ensuite, son prédécesseur s’apprête à lui transmettre une société financièrement en pleine forme qui, fin avril, revoyait ses prévisions de résultats à la hausse, prévoyant une "performance exceptionnelle pour 2021" avec un ebit autour du milliard d’euros. L’intéressé en est bien conscient, pointant les performances d’Umicore, "des résultats remarquables et inégalés dans le secteur".

Quant à Marc Grynberg, son avenir est incertain. Ce passionné de vélo et de photographie obtiendra en tout cas un siège au conseil de surveillance d'Umicore. Mais pas avant 2023. Car, conformément aux recommandations du Code belge de gouvernance d'entreprise, sa nomination n’interviendra qu’après un intervalle approprié afin de garantir l'autonomie requise du nouveau CEO, rappelle Umicore.

Le profil

  • Naissance en 1975.
  • Titulaire d’un diplôme en commerce international de l’université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg.
  • 1999: débute chez KPMG Consulting.
  • 2003-2019: différents postes de direction en Europe et en Asie auprès des équipementiers automobiles Siemens VDO, Continental et Faurecia.
  • 2019-2021: Vice-président exécutif de l'activité Clean Mobility de Faurecia.
  • Juin 2021: nommé CEO d'Umicore.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés