Une augmentation du nombre de voitures de société en vue

Le Plug-In Hybrid a été la voiture de société championne en 2020. Selon Arval, 75% des sociétés auront des voitures électrifiées dans leur flotte dans 3 ans, contre 43% actuellement. ©Photo News

Quatre entreprises sur dix pensent qu'elles auront plus de voitures de société à l'avenir. Cela ne veut pas dire que plus de kilomètres seront parcourus.

Elle a beau être au cœur de nombreuses polémiques, la voiture de société semble avoir de beaux jours devant elle. De plus en plus hybride, voire électrique, elle reste un fondamental dans la rémunération de nombreux travailleurs.

Le baromètre d'Arval Mobility Observatory (Filiale d'Arval et donc de BNP Paribas, la maison-mère d'Arval) sur la mobilité étudie le rapport des entreprises à la mobilité. Réalisée dans 20 pays, l'enquête a interrogé 250 gestionnaires de flotte dans des entreprises belges de toutes les tailles. À peine un sur dix anticipe une diminution de son parc automobile. Dans quatre entreprises sur dix par contre, le parc automobile devrait augmenter. Une perspective qui est plus ou moins la même quelle que soit la taille de l'entreprise.

"Les voitures de société vont effectuer moins de kilomètres et seront de plus en plus vertes."
Yves Ceurstemont
Responsable de l’Arval Mobility Observatory

Plusieurs facteurs jouent. Il y a d'abord l'expansion des entreprises, qui se traduit par davantage de voitures. Mais aussi les plans cafétérias, qui permettent d'échanger une partie de son salaire contre divers avantages comme la voiture. Ensuite, la guerre des talents fait rage pour de plus en plus de fonctions et donc les entreprises proposent des voitures de société à davantage d'employés. "Les sociétés pensent qu’elles vont avoir besoin de plus de voitures de société. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’elles vont effectuer moins de kilomètres et qu'elles seront de plus en plus vertes", résume Yves Ceurstemont, responsable de l’Arval Mobility Observatory.

Boom du télétravail

Le nombre de voitures de société en hausse ne devrait pas se traduire par davantage de congestion vers les lieux de travail. "73% des entreprises interrogées indiquent qu'elles vont introduire ou développer le travail à domicile pour les salariés, soit une augmentation de 16 points par rapport à 2020. En moyenne, elles supposent près de 3 jours de travail à domicile par semaine", détaille-t-on chez Arval Mobility Observatory.

36% de kilomètres
en moins
Les voitures de société, notamment avec la généralisation du télétravail, devraient en moyenne parcourir 36% de kilomètres en moins selon les entreprises interrogées.

Dans le même temps, neuf entreprises sur dix interrogées proposent une ou plusieurs solutions de mobilité alternative, de quoi encore diminuer les kilomètres parcourus en voiture. "Il ne faut pas compter qu'une voiture de société dans le cadre d'un plan cafétéria sera un véhicule en plus", ajoute Ceurstemont, qui pense qu'elles vont remplacer des voitures privées.

Les PME en retard

Le fait que le législateur pousse encore plus vite l'électrification des voitures de société ne devrait pas endiguer le phénomène. Rappelons qu'une voiture de société électrique peut être compétitive au coût par mois. Cette réalité est généralement mieux perçue par les entreprises, qui utilisent le leasing opérationnel, que par des particuliers moins habitués à calculer le coût de leur voiture de la sorte et qui n'ont plus vraiment droit à des incitants pour le véhicule électrique.

"Le leasing opérationnel est aussi nettement moins répandu chez les petites sociétés d'une à dix personnes, qui achètent encore beaucoup leur voiture", ajoute l'analyste, qui rappelle qu'une voiture de société n'est pas toujours en leasing. Le coût total de possession intègre tous les coûts, comme les frais d'entretien ou les coûts de l'énergie, mais surtout la fiscalité, dans le calcul du coût mensuel.

Les petites sociétés ont pris un peu de retard dans leur transformation vers une mobilité plus verte, mais cela serait aussi dû au Covid, qui les a plus fortement touchées, pointe Yves Ceurstemont.

En tout cas, l'étude d'Arval tend à prouver que les entreprises sont globalement prêtes à passer vers l'électrique. 75% des sociétés indiquent qu'elles auront des voitures électrifiées en flotte dans trois ans. "Nous voyons des signes de maturité par rapport à la technologie, aux points de recharge ou au cadre fiscal", conclut le responsable.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés