Volvo va produire ses batteries à l'usine de Gand

©Wouter Van Vooren

Pour sa première voiture entièrement électrique, Volvo va ouvrir une unité d'assemblage de batteries à Gand. Au passage, la compagnie assure avoir sécurisé l'achat des modules et des cellules de batteries pour une décennie.

La Belgique se transforme en spécialiste de la voiture électrique. Après l’usine d’Audi à Forest, Volvo Gand lance également sa propre unité d’assemblage de batteries, élément essentiel de la voiture électrique.

"Volvo Gand va jouer un rôle de précurseur dans la stratégie d’électrification de Volvo Cars."
Volvo

La construction de l’unité d’assemblage de batteries de 5.000 m² a débuté à l’automne dernier et devrait être finie d’ici la fin de l’année. Les batteries lithium-ion sortiront donc des installations dès début 2020. Elles équiperont la version entièrement électrique de la XC40, qui est produite à Gand et en Chine. Un modèle à succès pour lequel l'usine gantoise entend augmenter ses capacité annuelles de 100.000 à 180.000 véhicules d'ici la fin de l'année.

"Volvo Gand va jouer un rôle de précurseur dans la stratégie d’électrification de Volvo Cars", assure Volvo ce mercredi matin. Le premier véhicule entièrement électrique de la marque Volvo sera donc produit à Gand.

 

Provisions de batteries 

"En matière de voitures électriques, les capacités de production sont surtout liées aux nombres de batteries que vous pouvez acheter", expliquait récemment le CEO de Jaguar, Ralph Speth à AutomobilWoche.

C’est pour cette raison que Volvo n’est pas peu fier d’annoncer avoir sécurisé un accord avec le coréen LG Chem et le chinois Catl pour s’approvisionner en cellules de batteries pendant les 10 prochaines années. Un deal qui vaut pour sa marque Volvo Cars, mais aussi pour la marque Polestar.

©BELGA

Typiquement, 27 modules achetés aux partenaires sont assemblés dans un seul pack batteries pour la XC 40.

Volvo Cars a décidé que tous les nouveaux véhicules Volvo lancés à partir de 2019 seraient électriques. Son intention est de voir les véhicules 100% électriques représenter 50% de son volume de ventes mondiales d’ici à 2025.

Propriété du chinois Geely, Volvo Car a un avantage compétitif par rapport à la concurrence européenne pour s’approvisionner en cellules de batteries. La taille de Geely (2 millions de véhicules vendus en 2018) permet de faire aussi des économies d’échelle.

Contrôle dans les mines

Selon la société, ses partenaires pratiquent un approvisionnement responsable notamment dans les mines de cobalt au Congo. "Si les fournisseurs changent d’approvisionnement, ils doivent nous le signaler, et nous nous assurerons que la production CO2 soit générée par des énergies renouvelables ou via l’achat de certificats", assure Martina Buchhauser, en charge de l’approvisionnement mondial de Volvo.

Concrètement, les usines des fournisseurs de modules de batteries sont neutres en CO2. Pour les mines, Volvo envoie ses propres équipes pour y vérifier les conditions de travail et s'assurer notamment qu'il n'y ait pas d'enfants qui y travaillent. 

Aucun montant n’a été dévoilé par Volvo ce mercredi que ce soit pour l'investissement dans l'usine ou le deal sur les modules de batteries. On parle néanmoins d'un deal à plusieurs milliards, même si le constructeur suédois indique qu'aucun premier paiement n'a été effectué: "On payera les fournisseurs avec les revenus des ventes."

"Dans l'usine, c’est un investissement conséquent", assure le patron de l’usine Stefan Fesser. Quant aux capacités "on s’adaptera à la demande du marché", dit le patron.

La structure du nouveau bâtiment est déjà sortie de terre à Gand. Dans cette unité d'assembalge, quelques dizaines de personnes travailleront. C'est aussi l'occasion d'avoir le bâtiment le plus moderne de Volvo Gand directement à l'entrée du site.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect