Zaventem, terrain de bataille du carsharing

Zipcar entre en concurrence directe avec Drivenow ©BELGA

Les deux services de voiture en free floating de Bruxelles se font désormais concurrence à l’aéroport national. Un service peu connu, mais bien moins cher qu’un taxi.

Fini l’exclusivité pour ZipCar. Zaventem est le nouveau terrain de bataille du carsharing bruxellois. Depuis mardi, DriveNow, la filiale de BMW et de Sixt, propose ses voitures partagées sur les parkings de l’aéroport national. Depuis plusieurs mois déjà, les Américains de ZipCar proposaient en effet un service similaire. Dans les deux cas, un surcoût de 10 euros par trajet est appliqué. Il n’empêche, la course coûte au moins moitié moins qu’un taxi qui, lui, vous coûtera dans les 40 euros minimum depuis Bruxelles. Seule condition: voyager depuis la zone d’activité des deux services de carsharing en freefloating, ce qui vous permet de garer et de laisser la voiture où vous le souhaitez en fin de parcours dans la zone.

ZipCar a été très rapidement présent sur l’aéroport. La filiale d’Avis Budget Group a en effet pu obtenir des places libres près des places de la société de location de véhicules Avis. "Aujourd’hui, les clients qui vont ou qui viennent de l’aéroport représentent clairement un des profils d’utilisation", dit Kate Croisier, market manager de ZipCar à Bruxelles. Elle explique cependant qu’il ne s’agit pas là du plus gros profil d’utilisation du service. "Notre profil type est un homme entre 27 et 33 ans, qui habite Ixelles. Aussi, l’un des gros scénarios d’utilisation est le week-end, à partir du vendredi soir", détaille Kate Croisier. Elle se garde d’ailleurs bien de donner des chiffres sur l’utilisation du service depuis son lancement en septembre. "Nous sommes très contents", affirme-t-elle seulement. Et que penser de l’arrivée de DriveNow à l’aéroport? "Franchement, j’étais étonnée qu’ils n’arrivent pas plus tôt", répond Kroisier

Aller en voiture partagée à l’aéroport est bien moins cher.

À la concurrence justement, chez DriveNow, on est plus volubiles sur les chiffres. "On a passé les 10.000 clients le premier janvier. C’est plus ou moins en accord avec les plans du business case. Sur la moyenne du mois de décembre, chaque trajet a été en moyenne de 25 minutes et de 7,64 kilomètres. Une moyenne de 334 trajets par jour, soit un peu plus d’un trajet par voiture par jour. Ce qui n’est pas suffisant à long terme évidemment, mais ça progresse", détaille Christian Lambert, managing director de DriveNow en Belgique.

10 à 20% de l’activité

L’aéroport est un terrain de jeu important pour DriveNow qui représente dans les autres villes d’activité du service entre 10 et 20% du chiffre d’affaires. Pas question cependant dans l’esprit du patron d’accepter des places dans le parking Sixt, il voulait de meilleures places. "On voulait des places plus proches et accessibles, mais ça nous a pris un peu plus de temps", explique le patron.

Au final, quand vous irez en DriveNow à l’aéroport, vous pourrez terminer votre trajet au P3, le Holiday Parking, niveau 2. "Les comptoirs d’enregistrements sont à 2 minutes à pied de la zone de stationnement DriveNow", promet la société.

Dans tous ces développements, les taxis sont restés étonnamment silencieux. Peut-être ne sont-ils pas au courant ou plus vraisemblablement, peut-être ont-ils décidé de ne pas faire de publicité à un service qui reste encore peu connu. Autant chez ZipCar que chez DriveNow, on le dit sans détour plus que de concurrence, c’est surtout du manque de connaissance du service (l’"awarness") que les deux compagnies pâtissent. C’est leur plus gros combat.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés