Emirates vient à la rescousse d'Airbus

La compagnie aérienne Emirates annonce un accord de 16 milliards de dollars pour acquérir 20 Airbus A380, avec une option sur 16 autres.

Airbus a signé ce jeudi avec Emirates un protocole d'accord en vue d'une commande de 20 A380 avec une option sur 16 autres pour un total de 16 milliards de dollars (13 milliards d'euros) au prix catalogue, permettant à l'avionneur d'assurer la pérennité du programme. La compagnie du Golfe, de loin le premier client du très gros porteur, passe ainsi une commande jugée vitale par Airbus pour l'avenir du programme, dont les cadences de production sont progressivement réduites en raison d'une faiblesse de la demande.

"Je suis personnellement convaincu que d'autres commandes suivront l'exemple d'Emirates et que cet excellent avion continuera à être construit au cours de la décennie 2030."
Cheikh Ahmed ben Saïd Al Maktoum
PDG de Emirates

Le directeur commercial d'Airbus John Leahy avait déclaré lundi que l'avionneur n'aurait d'autre choix que d'arrêter le programme en l'absence d'accord avec Emirates. Il a également indiqué qu'il espérait signer trois commandes de gros porteurs d'ici 30 à 60 jours. Même si des compagnies telles que British Airways (groupe IAG) ont manifesté leur intérêt pour l'A380, Airbus hésitait à maintenir des usines sans la certitude d'une grosse commande d'Emirates.

12
.
Sous l'effet de la concurrence de bimoteurs plus petits, Airbus compte ramener sa production d'A380 à 15 en 2017, 12 en 2018 et huit en 2019.

La compagnie du Golfe, qui affichait fin décembre 142 A380 sur un total de 317 pour le programme, voulait de son côté une garantie qu'Airbus maintiendrait sa production pendant une décennie afin de protéger son investissement. Sous l'effet de la concurrence de bimoteurs plus petits, Airbus compte ramener sa production d'A380 à 15 en 2017, 12 en 2018 et huit en 2019, à comparer à un pic annuel de 30 unités, en attendant une reprise de la demande.

Le programme de l'avion entré en service en 2007 a atteint l'équilibre financier pour la première fois en 2015 avec la livraison de 27 appareils. L'A380, dont le développement a coûté 11 milliards d'euros, est destiné à transporter environ 500 passagers et défier le 747 de Boeing.

L'action Airbus  a accru ses gains après cette annonce, avançant de presque 3% et touchant un nouveau plus haut historique. A la clôture, l'action gagnait 0,74% à 90,40 euros. 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content