Les hausses de prix opaques de Lufthansa posent question

©REUTERS

La compagnie aérienne Lufthansa est dans le viseur du gendarme de la concurrence en ce qui concerne sa politique de hausse des prix.

Les compagnies aériennes ne devraient pas être autorisées à se cacher derrière des algorithmes informatiques pour justifier des hausses de tarifs, a estimé le président de l’Office fédéral allemand des cartels, Andreas Mundt, dans un entretien accordé au "Süddeutsche Zeitung" de jeudi.

26
prix différents
La gamme de prix de Lufthansa comprend jusqu’à 26 tarifs différents par vol.

En novembre, les autorités de la concurrence allemandes ont demandé à la compagnie nationale Lufthansa des informations sur les prix des billets, après avoir reçu des plaintes sur la hausse des tarifs à la suite du dépôt de bilan d’Air Berlin, le deuxième transporteur aérien allemand. Lufthansa avait alors déclaré coopérer pleinement avec l’Office fédéral des cartels et n’avoir pas modifié sa gamme de prix, qui comprend jusqu’à 26 tarifs différents par vol et fixés automatiquement par un logiciel. "De tels algorithmes ne sont pas écrits par Dieu dans les cieux", a réagi Andreas Mundt.

Depuis le rachat d’Air Berlin, Lufthansa se retrouve en position de force sur les liaisons internes allemandes, des lignes cruciales dans un pays fortement décentralisé. En novembre, le quotidien des affaires Handelsblatt avait affirmé avoir constaté une hausse pouvant aller jusqu’à 300% sur certains vols. Selon Lufthansa, le dépôt de bilan d’Air Berlin a éliminé 100 avions et 60.000 sièges par jour sur le marché, ce qui explique aussi certaines choses.

A noter que Lufthansa Group détient également les compagnies aériennes Brussels Airlines, Eurowings, Germanwings, Swiss and Edelweiss Air et Austrian Airlines.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content