1. Entreprises
  2. Aviation

Voici les plans d'Eurowings pour Brussels Airlines

Le CEO d'Eurowings assure qu'il ne veut pas faire de Brussels Airlines une simple low cost à la Ryanair. Il compte maintenir les vols long courrier dans le giron de la compagnie belge. Quant aux doublons dans le personnel au sol... il se donne le temps de réfléchir pour trouver une solution.
  • Engagements ou licenciements?

    Le risque de licenciement concerne surtout le personnel au sol.Il y aura des doublons de fonctions sur Bruxelles, Cologne et Dusseldorf. Donc, il pourrait y avoir certains changements, principalement dans le support et l'administration. Des fonctions pourraient ainsi être relocalisées sur un autre site. Le patron allemand ne peut dès lors pas donner de garanties pour l'emploi à ce stade.

    Mais le personnel volant ne doit, lui, pas s'inquiéter, le groupe Eurowings cherchant 3.000 personnes et le groupe Lufthansa 8.000.

  • La marque reste

    Il n'y pas de projet de changer la marque Brussels Airlines à court terme et celle-ci subsistera dans l'immédiat, tout comme l'entreprise en tant qu''home carrier' pour la Belgique tant pour le moyen que le long courrier, selon le CEO d'Eurowings.

  • Que pensent les syndicats du plan?

     "La direction allemande souhaite développer les destinations et fréquences vers l'Afrique", selon Luc Martin, délégué CNE. "Mais aussi vers l'Amérique du Nord. Et il y a un projet de nouvelle destination en Inde dans les cartons. Tout cela reste cependant encore assez vague."

    → Pas de grève, donc?

    "Le management s'est voulu rassurant aujourd'hui et a voulu faire passer un même message au personnel", explique le syndicaliste. "On nous a annoncé un statu quo pour le moment. Nous ne mènerons donc pas d'action dans l'immédiat. On ne va pas faire grève parce qu'on changerait de nom..."

    Les zones d'ombre restent importantes, déplorent les syndicats, qui s'inquiètent principalement pour le personnel au sol et les fonctions de support.


  • Les plans d'Eurowings pour la Belgique

    Thorsten Dirks, CEO d'Eurowings ©BELGAIMAGE

    ♦ Suite au conseil d'entreprise extraordinaire de ce matin, le patron d'Eurowings Thorsten Dirks a confirmé l'intention d'installer un centre d'excellence à Bruxelles. Il a confirmé maintenir tous les vols long courrier de Brussels Airlines.

    ♦ Il a tenu à rassurer le personnel: pas de bain de sang social. Et il ne veut pas entendre parler de formule "low cost" pour Brussels Airlines.

    ♦ Néanmoins, il a lancé une "pique" à l'égard de l'ancienne direction: Brussels Airlines affiche, pour 2017, de moins bons chiffres que les autres compagnies aériennes européennes .

    ♦ Il a en outre confirmé l'existence de "doublons" dans les services au sol, suite à l'arrimage de Brussels Airlines à Eurowings. Conséquence? Aucune décision n'a encore été prise. S'il y a des victimes, on ne sait pas si ce sera à Cologne, Dusseldorf ou Bruxelles. Thorsten Dirks, demande qu'on lui laisse le temps.

    ©Photo News

  • "Brussels Airlines ne va pas devenir un nouveau Ryanair" (Thorsten Dirks, le CEO d'Eurowings)

  • Un centre d'excellence installé à Bruxelles

    Dans les papiers d'Eurowings, il y a aussi un plan pour installer un Long Haul Center of Excellence à Bruxelles, un centre d'excellence pour les vols long courrier. Les syndicats confirment l'information.

  • Davignon: "on aurait pu devenir une simple filiale de Lufthansa"

    ©Photo News

    Quelles garanties a-t-on donc que le géant allemand ne va pas faire qu’une seule bouchée de Brussels Airlines et de ses 3.500 travailleurs? "Mais nous avons des assurances, simplement parce que ce n’est pas leur intérêt ni leur volonté! Vous savez, on aurait pu devenir une simple filiale de Lufthansa" nous confie Etienne Davignon, président de BA, dans une interview que nous publions ce matin.

  • Et pourtant...

    Depuis lundi, il apparaît que de bonnes nouvelles attendent la compagnie aérienne belge: engagement et renouvellement de la flotte. On attend donc la confirmation et les détails ce matin.

    Le président de la compagnie belge, Etienne Davignon, s'est d'emblée montré confiant: il n'y aura ni plan social ni bain de sang social chez Brussels Airlines. Il y aurait plutôt plus de travail et de l'emploi pour les pilotes et le personnel en cabines. Concernant le personnel de support, il y aura des "adaptations".

  • Les syndicats tremblent

    Les représentants des travailleurs de Brussels Airlines demeurent prudents: "Nous voulons obtenir des garanties sur l'emploi pour l'avenir", explique Filip Lemberechts, délégué CGSLB.

    Les premiers éléments d'informations exposés aux employés de Brussels Airlines laissent penser qu'il n'y aura pas de changements importants dans l'immédiat. "Nous voulons néanmoins des garanties fermes pour l'emploi. Ce n'est pas seulement la compagnie qui est concernée, c'est toute l'activité de l'aéroport qui pourrait pâtir d'une mauvaise nouvelle", souligne  Lemberechts.

  • Quelle est la situation?

    Lufthansa a acquis l'intégralité des parts de Brussels Airlines il y a un peu plus d'un an. Le groupe aéronautique allemand a décidé de reprendre en main la compagnie belge. Celle-ci évoluera dorénavant dans le giron d'Eurowings, la filiale low cost de la maison mère allemande. 

    Lundi, le CEO de Brussels Airlines, Bernard Gustin, et le directeur financier, Jan De Raeymaeker, ont annoncé leur propre licenciement, à l'issue d'un conseil d'entreprise extraordinaire à Bruxelles. Des licenciements qui s'expliqueraient par des des problèmes "relationnels" avec les actionnaires de la maison-mère Lufthansa, et non à une mauvaise gestion de la part des deux dirigeants belges.

    Au centre du problème, l'avenir de la compagnie belge. Jusqu'ici, un modèle hybride était appliqué à Brussels Airlines, alliant courtes et plus longues distances ainsi que différentes gammes de prix. Mais avec l'intégration dans Eurowings, une nouvelle stratégie se profile. C'est celle-ci qui doit être expliquée ce matin par la nouvelle patronne, l'Allemande Christina Foerster (actuelle directrice commerciale de Brussels Airlines) et Thorsten Dirks, le CEO d'Eurowings.

    ©Photo News

  • Chères lectrices, chers lecteurs,

    Ce mercredi matin, depuis 8h, les syndicats de Brussesl Airlines s'entretiennent avec vec Thorsten Dirks, le CEO d'Eurowings, et Christina Foerster, leur nouvelle patronne. Vous trouverez dans ce LIVE toutes les infos relatives à cette rencontre centrée sur l'avenir de la compagnie belge.

    Bonne lecture et bonne journée!

Plus sur Les Marchés

Echo Connect