Lufthansa reprend 81 avions et 3.000 salariés d'Air Berlin

©EPA

En pole position dans la course au rachat d'Air Berlin, le géant allemand de l'aviation Lufthansa va mettre la main sur une grande partie des actifs de son homologue qui a déposé son bilan en août dernier.

Rien n'est encore signé, mais le patron de la première compagnie européenne ne s'est pas privé pour annoncer ce jeudi matin la reprise par Lufthansa d'une grande partie de la compagnie en déconfiture Air Berlin, soit 81 avions et 3.000 salariés.

Carsten Spohr, le patron de Lufthansa, scellera le deal dans la journée avec un rendez-vous prévu devant un notaire. Rien de surprenant dans l'agenda, puisqu'Air Berlin, qui compte au total 144 appareils et 8.500 salariés, s'était fixé ce jeudi comme date limite pour répartir ses activités entre Lufthansa et Easyjet.

"Nous assisterons aujourd'hui à un tournant décisif de l'histoire de Lufthansa et de Berlin."
Carsten Spohr.
Président du directoire de Lufthansa

Selon Carsten Spohr, l'opération recevra sans doute l'autorisation de l'Union européenne d'ici la fin de l'année. Le montant du chèque proposé par la société mère de Brussels Airlines n'a pas été annoncé, mais la presse allemande évoquait ces dernières semaines une proposition de 200 millions d'euros pour reprendre les actifs et 100 millions supplémentaires pour assurer les coûts d'exploitation d'Air Berlin.

Pour rappel, Air Berlin avait  déposé son bilan le 15 août mais a pu bénéficier d'une aide publique pour poursuivre ses opérations jusqu'à ce qu'elle trouve un repreneur pour une partie de ses actifs. La compagnie aérienne avait indiqué en septembre que les négociations avec Lufthansa et easyJet se poursuivraient jusqu'au 12 octobre. 

80%
Le 25 septembre, Air Berlin avait officialisé son choix du duo Lufthansa-Easyjet pour se partager sa flotte, espérant parvenir à un accord "qui devrait offrir de bonnes perspectives à 80%" des 8.500 salariés.

Carsten Spohr a également déclaré que Lufthansa répondrait présente s'il existait une opportunité de créer une nouvelle Alitalia. "La question ne se pose pas avec une Alitalia sous sa forme actuelle", a-t-il expliqué. "Mais s'il existait l'opportunité de créer une nouvelle Alitalia, alors Lufthansa, en tant que première compagnie européenne, aimerait en discuter". La date butoir pour les offres de reprise de la compagnie italienne a été repoussée au 16 octobre.

L'action Lufthansa gagnait 3,14% en Bourse de Francfort vers 12h30, heure belge, plus forte hausse de la cote, en réaction aux propos de Spohr et à des appréciations favorables de courtiers.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content