Ryanair a l'intention de doubler le nombre de licenciements en Belgique

©Andreas Arnold/dpa

En juillet, la compagnie aérienne lowcost avait annoncé la suppression de 84 emplois. Ryanair a encore revu à la baisse ses prévisions pour l'année en cours. La semaine dernière, le CEO n'excluait dès lors pas de nouvelles mesures.

Ryanair devrait pratiquement doubler le nombre d'emplois supprimés en Belgique. C'est ce que la compagnie aérienne irlandaise aurait annoncé à la CSC, le syndicat chrétien. Le nombre passerait de 84, annoncé en juillet, à 172. C'est un doublement par rapport aux plans initiaux de Ryanair.

"Qu'une entreprise veuille supprimer des emplois supplémentaires lors d'une procédure de licenciement relève du 'jamais vu'"
Hans Elsen
Secrétaire au CSC-ACV

106 membres de cabine et 66 pilotes risquent de perdre leur emploi, selon le secrétaire du syndicat chrétien CSC-ACV, Hans Elsen. Qu'une entreprise veuille supprimer des emplois supplémentaires lors d'une procédure de licenciement relève du "jamais vu", selon le syndicat.

La procédure Renault en cours

Interviewé la semaine dernière, Michael O'Leary, le CEO de Ryanair, nous expliquait être dans ce processus de confrontation avec les syndicats, la procédure Renault. "Nous n’avons pas le droit de commenter", disait-il. Mais avec les développements récents de la crise sanitaire, les prix subsidiés, et les restrictions de voyage, "le risque est qu’il y ait plus de pertes d’emplois, pas moins".

La situation dans l'aéronautique change pratiquement tous les jours en raison de la pandémie actuelle, relevait M. O'Leary. Il est dès lors très compliqué d'anticiper l'évolution des choses. Mais la saison d'hiver sera "très difficile", c'est une certitude. "Nous pensons que l'offre d'hiver représentera environ la moitié de notre offre habituelle pour la saison, mais nous ne sommes même pas sûrs que ces sièges seront réservés."

Ryanair a déjà annoncé plus de 3.000 pertes d'emplois en Europe. Des accords ont été passés dans certains pays pour réduire les salaires. En Belgique, une procédure Renault avait été entamée en juillet, après l'annonce de Ryanair de vouloir se défaire des contrats de 44 pilotes et 40 hôtesses et stewards.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés