Ryanair face à la justice carolo

©EPA

Ryanair est cité en justice pour 92 dossiers de vols annulés ou retardés. Plus de 400 passagers de la compagnie irlandaise à bas coûts ayant voyagé via Charleroi réclament 108.425 euros de dédommagement.

Plus de 400 passagers s'estimant lésés suite à des vols retardés ou annulés réclament à Ryanair un total 108.425 euros de dédommagement. L'affaire est passée ce lundi au tribunal de commerce de Charleroi, qui examinait, en audience d'introduction, les 97 dossiers de demandes d'indemnisation. 

Cette audience d'introduction n'aura duré que quelques minutes, le temps de s'accorder sur la date de la prochaine audience. Le tribunal de commerce de Charleroi a fixé au 30 mars prochain les débats.

Pourquoi cette demande d'indemnisation 

Les vols concernés, au départ ou à destination de Charleroi, auraient dû avoir lieu en septembre et en octobre derniers. Les conditions météorologiques défavorables avaient en un premier temps été invoquées pour expliquer ces perturbations, avant qu'il soit fait état d'un déficit de personnel de bord.

Les demandes d'indemnisation sont introduites sur base d'un règlement européen de 2004 établissant des règles communes d'indemnisation et d'assistance des passagers en cas d'embarquement et d'annulation ou de retard important d'un vol.

Ces dossiers sont portés par la société Happy Flights, basée à Gand et spécialisée dans la récupération, au nom de passagers, d'indemnisations dues pour de tels cas de figure. Les passagers lésés avaient d'abord introduit sans succès des demandes d'indemnisation auprès de Ryanair, avant de confier leurs intérêts à Happy Flights. Une entreprise qui avait obtenu en mars dernier un jugement d'indemnisation pour six passagers belges victimes de retards importants lors de vols Ryanair via l'aéroport carolo.

Le tribunal de commerce de Charleroi avait alors reconnu que les plaignants avaient valablement cédé leur créance à Happy Flights. Ryanair n'avait nié ni l'existence ni le montant de l'indemnisation réclamée, mais avait contesté la compétence du tribunal, en faisant valoir que la citation aurait dû être lancée en Irlande, où se situe le siège social de la compagnie aérienne. L'argument avait été rejeté et Ryanair avait été condamnée au paiement des indemnisations réclamées, ainsi qu'aux frais et dépens de l'instance et aux frais de citation exposés par Happy Flights.

Happy Flights travaille en outre encore sur d'autres vols annulés ou retardés de Ryanair depuis et vers Brussels Airport. Elle attend toutefois d'abord l'issue de ceux concernant Charleroi avant de poursuivre ses démarches.

©EPA

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés