"Ryanair n'a aucun respect pour nous"

©Photo News

Dans une lettre aux passagers, écrite par le syndicat CNE/LBC, le personnel de Ryanair s'exprime. Il déclare que "la compagnie n'a aucun respect pour nous". Il explique ses raisons de faire grève ces 25 et 26 juillet. Il réclame de meilleures conditions de travail, notamment sur les horaires et salaires.

"Chers passagers,
Nous sommes là pour assurer votre sécurité et votre confort. 
C’est pourquoi nous avons choisi ce travail.
Nous sommes là pour faire en sorte que vous puissiez profiter pleinement de vos vacances.
Mais notre employeur n’a aucun respect pour nous."

C'est en ces termes que débute la lettre. Une lettre du personnel de cabine de Ryanair adressée aux passagers de la compagnie Ryanair.

Les membres d'équipage y soulignent par ailleurs la pression qu'ils subissent de la part de la compagnie aérienne irlandaise à bas coûts et la "grande précarité" dans laquelle ils se trouvent.

Notre salaire et nos horaires ne nous permettent pas de vivre correctement. Chaque travailleur d'une multinationale établie en Belgique bénéficie de la législation belge, mais ce n'est pas notre cas.
Le personnel de Ryanair

→ La semaine dernière, les syndicats de quatre pays européens, dont la Belgique, avaient annoncé des actions de grève coordonnées pour réclamer de meilleures conditions de travail.

Les 25 et 26 juillet, les stewards de Ryanair débraieront ainsi en Belgique, au Portugal et en Espagne. L'Italie y participera seulement le 25 juillet.

Lire aussi l'édito : "L'épouvantail Ryanair"

Nous venons travailler plus tôt afin de vous assurer un vol en toute sécurité et non pas pour vous perturber avec nos ventes, à propos desquelles notre employeur nous met beaucoup de pression. Ce travail pourrait être une source d'épanouissement pour nous mais les conditions imposées plongent beaucoup d'entre nous dans une grande précarité.
Le personnel de Ryanair

Aussi, les membres d'équipage n'ont aucun droit à des boissons gratuites sur les vols.

Les hôtesses et stewards affiliés à la CNE/LBC entendent dès lors faire pression sur Ryanair "afin de mériter un minimum de respect".

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content