Air Belgium ne décollera pas cet été comme annoncé

©Air Belgium

Les retards dans l’obtention de sa licence et dans la configuration des avions handicapent le démarrage des vols. Ils sont reportés à la saison d’hiver.

Changement de plans pour les dirigeants et promoteurs d’Air Belgium, la nouvelle compagnie aérienne belge qui ambitionne de relier le royaume à la Chine. Selon nos informations, le démarrage des activités n’aura pas lieu cet été comme prévu. "ça devient court. On a pris un peu de retard car la procédure d’obtention du droit de trafic de survol du territoire (AOC, NDLR) a pris plus de temps et la reconfiguration des cabines de pilotage n’a pas été réalisée à temps. L’objectif aujourd’hui est de lancer les vols pour la saison d’hiver", nous a confirmé Niky Terzakis, CEO d’Air Belgium.

Il se refuse à donner plus de précisions sur la date exacte, mais le lancement des vols devrait avoir lieu en octobre ou novembre. Le report du décollage effectif de la compagnie ne signifie nullement un abandon du projet. Que du contraire. Les dirigeants sont déterminés à la mettre sur orbite cette année.

Première ville: Hong Kong

Même si Air Belgium envisage de desservir d’autres pays, la Chine sera, dans un premier temps, son principal marché. Elle a d’ailleurs participé au salon international du tourisme (ITB) qui se tenait pour la première en dehors de l’Allemagne. Il avait lieu du 10 au 12 mai à Shanghai. "L’objectif est de se faire connaître dans le paysage du tourisme chinois et de prendre des contacts. Les gens nous posent beaucoup de questions sur le début des activités et quelles sont les villes qui seront desservies", nous avait expliqué Bénédicte Verhaeghe, l’assistante de direction d’Air Belgium.

"Nous avons eu un peu de retard. L’objectif est désormais de lancer les vols à la saison d’hiver."
niky terzakis
ceo d’air belgium

D’après la direction, la nouvelle compagnie aérienne belge démarrera ses activités par quatre vols par semaine vers Honk Kong, puis montera à six vols hebdomadaires vers la même destination dès 2018. D’autres villes chinoises sont également prévues au programme.

La présence au salon à Shanghai semble avoir été un succès. "Le bilan de notre participation est positif. La présence sur le stand de WBT (Wallonie Belgique Tourisme) nous a énormément aidés. Ceux qui ont entendu parler d’Air Belgium nous attendent maintenant avec beaucoup d’impatience", dit-on chez Air Belgium à Mont-Saint-Guibert. La compagnie arborera prochainement un nouveau site internet pour notamment présenter une mise à jour de son évolution.

Les dirigeants poursuivent l’analyse des dossiers pour choisir l’aéroport d’où les avions décolleront en Belgique. Le combat se joue entre Brussels South Charleroi Airport (BSCA) et Brussels Airport. Mais l’aéroport national tient plus la corde que son homologue de Charleroi au regard des critères opérationnels d’Air Belgium.

Brussels Airport en tête

Il faut une base d’exploitation qui accueille quotidiennement des vols réguliers et qui offre de la connectivité. Ces conditions permettront au nouvel opérateur de profiter d’un réseau de compagnies aériennes pour remplir ses avions. Elles faciliteront aussi la vie de la clientèle qui pourra ainsi mieux organiser ses voyages.

Les dirigeants de Brussels Airport estiment d’ailleurs que leurs installations offrent toutes les garanties pour accueillir Air Belgium. "La logique voudrait qu’ils viennent chez nous. Brussels Airport est l’endroit idéal pour eux, car l’infrastructure est là, le marché aussi. Quand je vois leur plan qui prévoit un certain nombre d’avions (quatre A340), on peut leur fournir la capacité d’avoir 4 ou 6 avions au sol en même temps. Je ne suis pas sûr que d’autres aéroports en Belgique peuvent offrir cette capacité. Il y a aussi des possibilités de faire des transferts avec des compagnies déjà présentes chez nous, ça pourrait être intéressant pour eux", soutient Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport company.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés