Après la France, les Pays-Bas volent au secours de Air France-KLM

Les Pays-Bas ouvrent les cordons de la bourse pour aider la compagnie KLM, membre du groupe Air France-KLM. ©REUTERS

Le gouvernement néerlandais a validé une aide de 3,4 milliards d'euros pour KLM. Cet accord, qui doit être validé par la Commission européenne, pourrait être revu à la hausse si besoin. L'annonce boostait le cours de l'action du groupe aérien.

Les Pays-Bas ont enfin validé une aide de 3,4 milliards d'euros à KLM. Alors que la France avait déjà annoncé un soutien de 7 milliards d'euros à Air France, le groupe aérien Air France-KLM attendait encore le geste néerlandais, estimé entre 2 et 4 milliards. C'est chose faite.

10,4 milliards
euros
Au total, le transporteur franco-néerlandais a bénéficié de 10,4 milliards d'euros d'aides de Paris et de La Haye.

Cette aide devrait permettre à la compagnie néerlandaise "d'affronter la crise" liée au coronavirus, selon un communiqué publié vendredi par le groupe.  

Elle prendra la forme d'un prêt de 1 milliard d'euros qui s'ajoutera ainsi au prêt français. L'accord prévoit aussi une garantie de l'État sur 90% d'un prêt supplémentaire, pour un montant maximal de 2,4 milliards d'euros. 

De son côté, l'aide française se composait d'un prêt de 4 milliards d'euros et d'une garantie de 90% sur un prêt direct de 3 milliards, là aussi en contrepartie d'engagements sur l'amélioration de sa rentabilité et sur la réduction de ses émissions de CO2.  Au total, le transporteur franco-néerlandais a donc bénéficié de 10,4 milliards d'euros d'aides de Paris et de La Haye pour lui permettre de surmonter la crise. 

La France et les Pays-Bas possèdent chacun 14% du groupe franco-néerlandais que la compagnie aérienne Air France forme avec KLM.

Plus, si besoin

Le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, souligne que cet accord doit encore être validé par la Commission européenne et le Parlement néerlandais. Il pourrait aussi être revu en hausse si besoin.  "Les conditions associées au prêt direct sont liées à des engagements de la compagnie en matière de développement durable ainsi qu'au rétablissement des performances et de la compétitivité de KLM, incluant un plan de restructuration global et la contribution de ses employés", lit-on dans un communiqué du groupe aérien.  

"Les conditions associées au prêt direct sont liées à des engagements de la compagnie en matière de développement durable ainsi qu'au rétablissement des performances et de la compétitivité de KLM, incluant un plan de restructuration global et la contribution de ses employés."

KLM s'est engagée à suspendre le versement de dividendes à ses actionnaires tant que ces deux prêts n'auront pas été intégralement remboursés. La compagnie doit aussi réduire ses coûts de 15%. Une restructuration est prévue.

Enfin, l'accord assure également une place plus confortable à Schiphol en tant que hub. Un élément qui "apporte plus de sécurité à KLM et Schiphol et donc à l'intérêt public des Pays-Bas".  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés