Boeing chiffre la facture "737 MAX" à 8 milliards de dollars

©AFP

L'avionneur américain, Boeing vit l'une des pires crises de son histoire depuis les crashs de ses appareils 737 MAX. Aujourd'hui, à quelques jours de la publication de ses résultats trimestriels, il affirme que tant le bénéfice que le chiffre d'affaires seront lourdement affectés.

La facture de l'immobilisation des 737 MAX explose pour Boeing . La société indique inscrire une charge après impôts de 4,9 milliards de dollars (4,3 milliards d'euros) dans ses comptes du deuxième trimestre qui seront publiés mercredi. Cette somme doit servir à couvrir les frais occasionnés après deux crashs qui ont fait 346 morts et l'immobilisation de tous les appareils de ce type dans le monde depuis mars. Ces compensations comprennent aussi bien des indemnités financières que des rabais que Boeing pourrait accorder aux compagnies aériennes ou des échanges de modèles d'avions. 

"Nous entendons demander des compensations financières pour les annulations de vols des 737 MAX et en raison des retards de livraison que nous subissons et, potentiellement, demander des indemnisations d'autres natures", explique-t-on, par exemple, auprès de la compagnie mexicaine Aeromexico. Résultat des courses, Boeing chiffre désormais la facture à 8 milliards de dollars, contre un milliard estimé à la mi-avril. Dans un communiqué, il explique provisionner au total 5,6 milliards de dollars.

Quoiqu'il en soit, la priorité resterait de remettre le 737 MAX en service en toute sécurité malgré les problèmes occasionnés. Le CEO Dennis Muilenburg le reconnaît dans un tweet: "L'immobilisation au sol du MAX présente des difficultés considérables pour nos clients, notre groupe et notre chaîne d'approvisionnement."


"Nous prenons les mesures appropriées pour gérer nos liquidités et améliorer la flexibilité de notre bilan de la meilleure manière possible le temps de surmonter ces difficultés", ajoute le directeur financier Greg Smith dans le communiqué.

Baisse de production et suspension des livraisons

Le maintien au sol des appareils est pour Boeing l'une des plus graves crises de son histoire. L'avionneur dit ainsi avoir ramené de 52 à 42 le nombre de 737 MAX qui sortent de l'usine de Seattle. Ce ralentissement de cadence de la production a aussi un coût que Boeing estime en hausse de 1,7 milliard de dollars pour le deuxième trimestre. Le constructeur aéronautique a toutefois fermé la porte à une nouvelle baisse de sa production, affirmant s'attendre à remonter à 57 appareils par mois en 2020.

Les livraisons aux compagnies aériennes ont été suspendues, ce qui prive le groupe de liquidités.

Dans le même temps, les livraisons aux compagnies aériennes ont été suspendues, ce qui le prive de liquidités.

En avril, en publiant ses comptes du premier trimestre, Boeing avait renoncé à ses prévisions de résultats pour l'ensemble de l'exercice et suspendu ses rachats d'actions. Pour les résultats de ce trimestre, publiés mercredi, Boeing annonce donc un bénéfice et un chiffre d'affaires lourdement affectés.

L'action Boeing gagnait 2% dans les échanges d'après-Bourse à Wall Street, signe que les investisseurs s'attendaient à un impact de cet ordre dans les comptes trimestriels

Une pointe d'optimisme

Pourtant, l'avionneur fait état d'une pointe d'optimisme. Il table sur un retour dans les airs de son bimoteur vedette au début du quatrième trimestre"L'exacte période de retour en service pourrait diverger de cette estimation", prévient-il toutefois.

Boeing n'a toujours pas soumis aux régulateurs le correctif du système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les deux accidents, pour certification. Outre le régulateur américain, d'autres régulateurs aux quatre coins de la planète seront aussi appelés à se prononcer sur le correctif apporté. "La FAA lèvera l'interdiction quand elle jugera qu'il est sûr de le faire", a déclaré un porte-parole du régulateur américain.

La FAA lèvera l'interdiction quand elle jugera qu'il est sûr de le faire.
porte-parole du régulateur américain

Une fois l'interdiction levée, il faudra ensuite au moins 30 à 45 jours pour rendre les appareils opérationnels, indique-t-on auprès de la compagnie Southwest, qui possède, avec 34 appareils, la flotte la plus importante au monde de 737 MAX.

Problème de microprocesseur

L'agence fédérale de l'aviation (FAA) a par ailleurs récemment décelé un problème de microprocesseur présentant un "risque potentiel". Ce nouveau problème, qui pourrait concerner la conception même de l'avion, a poussé de nombreux experts à pronostiquer le retour en service du 737 MAX pour le premier trimestre 2020, d'autant que les trois compagnies aériennes américaines l'exploitant - American Airlines, United Airlines et Southwest - ont prolongé les annulations des vols jusqu'à début novembre. De son côté, Ryanair a réduit son offre pour la saison hiver 2019 et été 2020 à cause du retard de livraison de ses appareils.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect