Boieng voit ses 737 MAX dans le ciel dès juillet

©AFP

La direction de Boeing a affirmé à l'un de ses clients indiens que, "selon son expérience", les appareils cloués au sol depuis mars pourraient redécoller en juillet, voire fin juin.

C'est le constructeur aéronautique Boeing qui l'affirme: ses appareils, les 737 MAX, cloués au sol depuis les crashs multiples, dont le dernier date du mois de mars, vont redécoller au mois de juillet. Cette annonce, il l'a faite à l'un de ses clients, l'Indien SpiceJet. Si un tel retour se confirme, il interviendrait plus tôt que ce que prévoyait l'industrie.

"Sur base de leur expérience, le timing qu'ils nous ont communiqué est juillet -fin juin même-", indique le CFO de SpiceJet, Kiran Koteshwar, dans une interview. "Nous tablons sur juillet." 

Du côté de l'association internationale du transport aérien, IATA, ce délai n'est pas confirmé. Le directeur général, Alexandre de Juniac, parle au mieux du mois d'août. "Nous n'attendons rien avant 10 à 12 semaines. Mais ce n'est pas de notre ressort. Le dossier est dans les mains des régulateurs." 

L'avis de la FAA

La FAA affirmait même attendre les modifications opérées sur le logiciel afin de pouvoir procéder au test de vérification. Ensuite, il fallait encore modifier les appareils et former les pilotes. Par ailleurs, un feu vert de la FAA ne se traduira pas automatiquement par un retour en activité de tous les Boeing 737 MAX à travers le monde. En effet, la décision finale restera l'apanage de chaque régulateur local.

Et ailleurs?

En Europe, les régulateurs ont déjà annoncé leur volonté d'examiner eux-mêmes le système avant de donner leur approbation; et ce même si le software a été validé aux États-Unis. Ils sont suivis dans cette logique par les autorités chinoises et canadiennes. En Indonésie, l'un des plus grands clients de Boeing, les régulateurs indiquent que l'avion pourrait rester au sol jusqu'à l'année prochaine. 

Réunies la semaine dernière à Québec au sommet de IATA, les compagnies aériennes ont indiqué leur souhait de voir les régulateurs collaborer pour avancer ensemble. "Nous espérons une décision commune des régulateurs", avait expliqué Alexandre de Juniac.   

Le 737 MAX est cloué au sol depuis le crash d'un appareil de ce type exploité par Ethiopian Airlines, qui avait fait 157 morts au sud-est d'Addis Abeba le 10 mars dernier, cinq mois seulement après l'accident d'un avion similaire de Lion Air (189 morts). Les deux accidents seraient dus à un dysfonctionnement du système anti-décrochage MCAS qui équipe ce modèle. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect