Bombardier vend deux filiales et supprime 5.000 postes

©AFP

Bombardier empoche 900 milions de dollars avec la vente de deux de ses filiales pour 900 millions de dollars. Le groupe canadien cherche à réduire ses coûts et à se recentrer sur ses activités principales de transport et d'avions d'affaires. Une volonté qui passe aussi par des suppressions d'emploi. 5.000 postes doivent passer à la trappe d'ici 2020.

Il y a trois ans Bombardier s'est lancé dans un plan de redressement de cinq ans, courant donc jusqu'en 2020, destiné à améliorer les revenus et les marges. Il faut dire que les pépins de trésorerie liés au programme CSeries l'ont amené au bord du dépôt de bilan en 2015.

S'en est suivi une série de cessions, notamment en direction du concurrent Airbus. Incapable de retrouver l'équilibre, l'avionneur canadien n'avait eu d'autre choix que de céder le contrôle (50,01%) de sa filiale dédiée à l'avion CSeries, rebaptisé depuis A220, au géant européen de l'aéronautique. La transaction a été bouclée en juillet. "Nous continuons à progresser dans l'exécution de notre plan de redressement", a déclaré Alain Bellemare, PDG de Bombardier, nommé en 2015 à ce poste pour relancer l'entreprise qui s'était mise en graves difficultés financières avec le programme CSeries. Le gouvernement du Québec avait notamment dû venir à sa rescousse en 2015 avec un plan de sauvetage financier d'un milliard de dollars américains.

5.000 postes supprimés  

Et ce n'est pas tout. Bombardier va aussi réduire ses effectifs. Quelque 5.000 licenciements sont programmés d'ici 12 à 18 mois pour rationaliser davantage la structure du groupe. On ne sait pas encore quels pays seront concernés. Chez Bombardier à Bruges, une restructuration avait conduit à la perte de 120 emplois sur 455 l'an dernier. Bombardier emploie plus de 69.500 travailleurs dans 28 pays. 

Le groupe a également annoncé la vente de son programme de turbo-propulseur à une filiale de Longview Aviation Capital ainsi que la cession de ses activités de vol et de formation des avions d'affaires à CAE.

Bombardier a dit prévoir une hausse de 10% de son chiffre d'affaires en 2019, à 18 milliards de dollars voire plus, grâce à une reprise des livraisons de ses avions d'affaires Global7500. Sur le trimestre à fin septembre, le résultat d'exploitation a atteint 267 millions de dollars, contre 133 millions de dollars un an plus tôt. Le bénéfice net s'est établi à 149 millions de dollars,contre une perte nette de 100 millions un an auparavant, due à de lourds investissements dans divers secteurs, y compris le savions. Le bénéfice ajusté par action de quatre cents est supérieur au consensus de deux cents, selon des données de Refinitiv. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content