Brussels Airlines dans le rouge

La compagnie Brussels Airlines appelle l'état à l'aide. Son personnel est déjà placé en chômage temporaire. ©Photo News

Le patron de Lufthansa lance un appel: sans aides d'État et face à une crise qui peut durer, le secteur aérien est en danger. Sa filiale belge fait déjà état pour 2019 d'une perte de plus de 40 millions d'euros. L'IATA chiffre à 200 milliards de dollars l'aide nécessaire aux compagnies.

"La propagation du coronavirus a plongé l'ensemble de l'économie mondiale et notre entreprise dans un état d'urgence sans précédent. À l'heure actuelle, personne ne peut prévoir les conséquences." Carsten Spohr, CEO Lufthansa AG, l'affirme: plus cette crise durera, plus l'avenir de l'aviation dépendra du soutien des États.

Carsten Spohr, CEO de Lufthansa, est alarmiste en ce qui concerne l'impact de la crise du coronavirus sur le secteur aérien. ©REUTERS

Il ajoute aussi que la situation actuelle renvoie au second plan la publication des résultats, déjà certes largement divulgués la semaine dernière. Quoi qu'il en soit, le groupe fait état pour 2019 d'un Ebit ajusté en ligne avec les attentes à 2 milliards d'euros. Ce résultat en recul est dû notamment à la hausse des coûts de carburant (+ 600 millions) et au ralentissement économique. S'ajoute à cela, la pression sur les prix constatée sur le marché européen en raison de la surcapacité et de l'affaiblissement du marché mondial du fret aérien.

La compagnie fait par ailleurs état ce jeudi d'une réduction de 95% de sa capacité avec 700 avions désormais cloués au sol. "Seuls quelques vols seront encore opérés pour rapatrier les citoyens allemands coincés à l'étranger." Dans le chef de Brussels Airlines, 56 vols sont prévus en provenance de 14 pays pour rapatrier 9.500 Belges.

Plongeon du résultat net consolidé

4,3 milliards
euros
Le groupe dispose actuellement d'une liquidité de quelque 4,3 milliards d'euros.

Lufthansa affiche un chiffre d'affaires en hausse à 36,4 milliards d'euros (+2,5%). La marge Ebit ajustée passe de 8% en 2018 à 5,6% en 2019. Le résultat net consolidé recule à 1,2 milliard d'euros (-44%).

"Afin de sécuriser sa solide situation financière, le groupe Lufthansa a levé des fonds supplémentaires d'environ 600 millions d'euros ces dernières semaines", lit-on aussi dans le communiqué. Le groupe dispose actuellement d'une liquidité de quelque 4,3 milliards d'euros. Les lignes de crédit inutilisées d'environ 800 millions d'euros et d'autres fonds sont en cours de collecte. Le groupe Lufthansa affirme qu'il utilisera ce montant notamment pour le financement d'avions.

Le conseil d'administration du groupe a également décidé, par ailleurs, de renoncer à 20% de sa rémunération fixe pour l'exercice 2020.

Déjà en perte, Brussels Airlines appelle à l'aide

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

Voyages à l'étranger suspendus, événements annulés, activité ralentie: la propagation du nouveau coronavirus affecte de plus en plus la vie quotidienne des Belges, inquiets, mais aussi l'économie dans son ensemble.

> Toutes les infos dans notre dossier

Filiale de Lufthansa, la compagnie aérienne Brussels Airlines a annoncé l'arrêt de tous ses vols entre le 21 mars et 19 avril. La compagnie a demandé, mardi, une aide de 200 millions d'euros à l'État belge. Brussels Airlines déclare être dans une situation financière "gravement et négativement affectée". Quant au personnel, il est mis sous le régime temporaire de chômage technique depuis samedi. 

Brussels Airlines fait, par ailleurs, état pour 2019 d'une perte de 40,6 millions d'euros et d'un Ebit ajusté dans le rouge de 25,9 millions d'euros.
L'entreprise, qui évoque un "environnement extrêmement difficile", a enregistré, par contre, une croissance de 1,7% du nombre de passagers, pour atteindre un total de 10,2 millions de passagers.

Les résultats financiers de Brussels Airlines ont été largement influencés par la faillite de Thomas Cook Belgique en septembre dernier, ainsi que par des grèves de contrôleurs aériens.

Les résultats financiers ont été largement influencés par la faillite de Thomas Cook Belgique en septembre dernier, ainsi que par des grèves de contrôleurs aériens en Belgique et à l'étranger, ce qui a eu un impact négatif au-delà des 12 millions d'euros sur le résultat net.

Comme sa maison mère, la compagnie évoque aussi le coût du carburant (14 millions d'euros).

Vu le contexte économique, et alors que l'entreprise a lancé le déploiement de son plan de redressement Reboot visant une marge bénéficiaire de 8% à partir de 2022, le Management Board de Brussels Airlines a aussi décidé, conjointement avec le Extended Management Board, de réduire son salaire pour les six prochains mois de respectivement 20% et 15%.

L'Iata demande jusqu'à 200 milliards de dollars d'aide d'urgence pour les compagnies

Les compagnies aériennes, touchées de plein fouet par la pandémie de coronavirus, ont besoin d'une aide d'urgence de jusqu'à 200 milliards de dollars (185 milliards d'euros), estime l'Association internationale du transport aérien (Iata).

Cette aide pourrait prendre la forme d'un "soutien financier direct" aux transporteurs de passagers et de frêt pour compenser leur manque à gagner et leurs difficultés de trésorerie, mais également de prêts et de garanties par les gouvernements et les banques centrales, ou encore d'allègements d'impôts et de charges sociales, précise l'Iata dans un communiqué. 

 

 


Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés