Brussels Airlines reprend Thomas Cook Airlines Belgique

©Dominic Verhulst/dotch.be

La compagnie aérienne belge du tour opérateur Thomas Cook tombe dans le giron de Brussels Airlines. Une opération qui reste encore soumise à la signature d'un accord. Quarante emplois pourraient être perdus.

"Thomas Cook et Brussels Airlines veulent renforcer leur collaboration", lit-on dans un communiqué. Concrètement, Thomas Cook Airlines Belgique est sur le point de tomber dans le giron de Brussels Airlines. Sur le point, car l'accord doit encore être signé après consultation des représentants du personnel et des autorités de concurrence.

"Brussels Airlines assurerait la majorité des vols de Thomas Cook, offrant aux clients un choix plus large de destinations, de vols et de jours de départ. Sous réserve d'un accord, les opérations de Thomas Cook Airlines Belgium (TCAB), la compagnie aérienne du groupe Thomas Cook qui dessert le marché belge, seraient absorbées par Brussels Airlines",  indique-t-on chez Brussels Airlines.

Pour le directeur de Thomas Cook Belgique, Jan Dekeyser, cette opération permettra aux clients Thomas Cook et Pegase de voir l'offre de vols vers des destinations populaires s'accroître de 20%. Brussels Airlines dessert actuellement 100 destinations. La compagnie collabore par ailleurs déjà depuis 15 ans avec le tour opérateur.

 "Avec cet accord, Brussels Airlines doublerait son offre de destinations de vacances pour atteindre le nombre de 51, avec notamment l'addition du Cap-Vert, de Gran Canaria, de Lanzarote et de l'Égypte au programme des vols. À mesure de la croissance de l'entreprise, nous sommes éminemment optimistes quant aux perspectives de développement de notre offre, au bénéfice mutuel des clients belges et de l'économie du pays", a renchéri Bernard Gustin, le CEO de Brussels Airlines.

Les 160 pilotes et membres de l'équipage seront transférés vers Brussels Airlines ainsi que les créneaux de vol et deux appareils. Quarante emplois au sol pourraient cependant être perdus. Une procédure de licenciement collectif a été engagée avec le conseil d'entreprise de TCAB.

Thomas Cook Belgique, qui regroupe les marques Neckermann, Thomas Cook et Pegase, emploie 750 personnes. Il fait partie du groupe britannique éponyme.

L'exploitation des vols devrait cesser dès novembre prochain.

 Qu'en pensent les syndicats?

Du côté de Thomas Cook, les syndicats vivaient déjà depuis un certain avec l'idée d'un rapprochement entre la compagnie aérienne du tour opérateur et Brussels Airlines. L'annonce du jour n'a donc guère surpris. Le coup de massue est venu des pertes d'emplois à la clé. "Les pertes dans l'industrie aérienne se poursuivent", lancent les syndicats. "Une des raisons: le manque d'une véritable politique dans le secteur".

"Lorsque mercredi est tombée l'invitation à un conseil d'entreprise où l'intention de supprimer 40 emplois a été avancée, nous n'étions pas surpris", explique Filip Lemberechts, de la CGSLB. "Nous avons le sentiment que trop peu a été fait pour déployer les opportunités commerciales et prévenir cette tragédie. Pour les personnes qui ont déjà vécu le drame de Sabena, c'est un nouveau coup dur."

La CSC parle d'un véritable scandale: "Il est scandaleux que Thomas Cook Airlines Belgium (TCAB) et Brussels Airlines abandonnent ainsi le personnel au sol". "Cette opération constitue une catastrophe pour les 200 employés de TCAB mais aussi pour le secteur aéronautique en général en Belgique où il ne restera plus que deux compagnies, Brussels Airlines et TUI Airlines."

Kurt Callaerts de l'ACV-Transcom va plus loin dans son raisonnement. "Brussels Airlines qui entre-temps est tombée dans les griffes d'Eurowings va sûrement devoir faire face à une réorganisation. D'autres sociétés dans les aéroports en feront les frais. L'impact sur le handling, l'entretien des avions, le catering devra être étudié en détail. Des emplois indirects seront aussi affectés."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés