Publicité

Brussels Airport bientôt vendu?

©Photo News

Les actuels actionnaires de Brussels Airport, l'Australien Macquarie et le Canadien OTPP semblent avoir accordé leurs violons. Macquarie veut se retirer mais avait décidé de discuter avec tout le monde malgré le droit de préemption d'OTPP. Ce dernier renonce désormais à ce droit.

Brussels Airport serait-il à vendre? C'est ce qu'avancent certaines sources. Jusqu'ici, les actionnaires australien, Macquarie, et canadien, le fonds de pension de l'Ontario (OTPP), étaient englués dans une dispute juridique. Un accord semble avoir été trouvé, permettant le lancement du processus de vente de l'aéroport après l'été.

OTPP a ainsi renoncé à ses droits de préemption sur les actions et a donné son accord à la diffusion d'informations aux acquéreurs potentiels de la participation de l'Australien. Aucune information ne circule quant aux conditions que Macquarie a acceptées en échange, Brussels Airport dit qu'il n'a pas été informé d'une éventuelle décision de vendre tout en précisant qu'"une vente éventuelle n’aura pas d’impact sur l’aéroport".

Personne n'a souhaité s'étendre sur le sujet chez OTPP. Ce dernier était entré au capital de Brussels Airport en 2001. Il avait alors acquis 39%.

Comment en est-on arrivé là?

Au début 2016, Macquarie avait fait part de son souhait de céder ses 36% de Brussels Airport.  OTPP bénéficiait donc d’un droit de préemption sur ces actions. Mais afin d’obtenir le meilleur prix possible, les Australiens avaient décidé de discuter avec d’autres parties intéressées, provoquant la colère du Canadien.

Ce dernier s'était alors tourné vers un tribunal d’arbitrage à Londres pour éviter que Macquarie ne divulgue des informations confidentielles à des tiers à propos de l’aéroport, leur donnant ainsi un avantage concurrentiel dans ce processus de prise de participation.

JP Morgan a été mandaté pour vendre l'aéroport, qui a accueilli en avril quelque 2,25 millions de passagers (+ 5% sur un an). Il l'est toujours à cette heure. Pour Fitch, Brussels Airport a clairement récupéré depuis les attaques de mars 2016.

JP Morgan se tait toutefois dans toutes les langues sur ce dossier. 

Brussels Airport est le dernier actif du premier fonds infrastructures européennes de Macquarie (Macquarie European Infrastructure Fund- MEIF I), arrivé à maturité. Macquarie avait joué un rôle important il y a 10 ans dans le processus de privatisation de l'aéroport belge. Il avait alors pris une participation de 70% avant de la réduire en cédant une partie au fonds canadien. 

Le troisième et dernier actionnaire de Brussels Airport est l'État belge avec 25% plus une action.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés