Brussels Airport verse un dividende record

Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport ©BELGA

Malgré les attentats de 2016, plus de 100 millions d’euros sont distribués aux actionnaires. L’État belge empoche 27 millions.

109 millions d’euros: tel est le montant des dividendes versés aux actionnaires de Brussels Airport pour l’année 2016. Cette somme résulte du dividende intérimaire de 93,7 millions d’euros, attribué à la fin de l’année dernière, augmenté d’un dividende final de 15,6 millions d’euros, approuvé tout récemment.

L’octroi d’un dividende élevé s’avère assez remarquable, puisque Brussels Airport a connu une année particulièrement difficile après les attentats du 22 mars, qui ont fait 16 morts et 150 blessés. L’aéroport est resté fermé pendant près de deux semaines et a nécessité plusieurs mois de travaux de réparation. En conséquence, sa fréquentation a été réduite de 3 millions de passagers par rapport aux espérances.

Le dividende record pour 2016 comprend la partie du bénéfice 2015 qui avait été reportée par prudence.

L’impact financier total des attentats sur l’aéroport s’est chiffré à 90 millions d’euros. C’est pourquoi l’exploitant de l’aéroport avait décidé, en mai 2016, soit deux mois après le drame, de se limiter symboliquement au versement du dividende intérimaire pour 2015. Une partie du bénéfice avait été reportée, par sécurité. Le dividende octroyé au titre de 2016 comprend d’ailleurs "aussi le bénéfice reporté de 2015, soit 40,9 millions d’euros", précise une porte-parole.

Selon diverses sources, le dividende record de 2016 est à attribuer aux relativement bons résultats annuels de l’aéroport. Brussels Airport a vu son chiffre d’affaires revenir à 486 millions d’euros l’an dernier, "à peine" 6,6% de moins que l’année précédente.

Le résultat d’exploitation (ebit) a régressé de près d’un tiers, mais le bénéfice net est resté stable à 65 millions d’euros grâce aux 50 millions d’euros reçus en retour des assurances. Les bons résultats de l’aéroport profitent à l’État belge, qui possède 25% des parts de l’aéroport, et empoche dès lors 27 millions d’euros dans l’opération.

Conflit

Arnaud Feist, CEO de Brussels Airport ©BELGA

Le reste du dividende revient aux deux autres grands actionnaires: le fonds canadien de pension d’enseignants OTPP (39%) et l’investisseur australien Macquarie (36%). A noter que le conflit latent entre ces deux parties s’est accentué cette semaine. Le différend a commencé quand il est apparu que Macquarie souhaitait vendre ses parts dans Brussels Airport.

Selon un accord entre actionnaires, les Canadiens possèdent un droit d’achat préférentiel, mais Macquarie tente de faire monter le prix en discutant avec d’autres intéressés. D’après le site spécialisé Infranews, OTPP aurait cité Macquarie devant la cour d’arbitrage londonienne.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés