Charleroi, aéroport le plus rentable de Ryanair avant le Covid

©BELGAIMAGE

Dans le top 10 des aéroports les plus rentables de Ryanair, on retrouve Charleroi en deuxième position. Sa marge y est d'ailleurs la meilleure du groupe.

C'était évidemment avant la crise du nouveau coronavirus, mais les chiffres sont révélateurs. Brussels South Charleroi est l'aéroport avec la meilleure marge de tous les aéroports opérés par Ryanair. La marge des vols opérés depuis Charleroi par Ryanair serait de 27,6%, soit une meilleure marge que les aéroports de la péninsule ibérique.

L'aéroport carolo serait même numéro 2 de tous les aéroports de Ryanair en termes de profits avec des bénéfices estimés à 105,2 millions d'euros à Charleroi sur la période avril 2019-mars 2020. C'est à peine 35 millions d'euros de profits en moins que ceux réalisés par Ryanair depuis l'aéroport de Dublin.

Ces chiffres ont été estimés par RDC Aviation et relayés par le site d'informations et d'analyses sectorielles anna.aero. Ils sont impressionnants dans la mesure où en volume de passagers, Charleroi n'a compté que 6,6 millions de passagers sur cette période avril 2019-mars 2020, contre par exemple 21,8 millions de passagers Ryanair à l'aéroport de Londres Stansted. L'aéroport londonien a généré pourtant 24 millions d'euros de profits en moins par rapport à Charleroi.

©Mediafin

Coût par passager plus bas

Dans le top 10 des aéroports de Ryanair, Charleroi, deuxième en rentabilité, n'est pourtant que sixième en chiffre d'affaires et cinquième en nombre de passagers. (Ceci en ne prenant en compte que les 10 aéroports les plus rentables, sinon Charleroi serait encore plus bas dans la liste.) "Cela vient surtout du fait que le coût par passager y est le plus bas des 10 aéroports, que le revenu par passager y est à peu près moyen et qu'il y a un bon volume", détaille anna.aero.

Il est à noter que dans ce top 10 des aéroports de Ryanair, on retrouve quatre aéroports espagnols. "Dans les 4 aéroports espagnols du top 10 (Alicante, Malaga, Palma et Tenerife Sud), Ryanair a ajouté près de 10 millions de sièges en plus sur la dernière décennie", écrit anna.aero, ceci sans compter Barcelone ou Madrid, qui ne sont pas dans le top 10 des aéroports les plus rentables de la compagnie.

Tous ces chiffres donnent une bonne tendance à plus long terme, même s'ils n'ont certainement plus grand-chose à voir avec ceux de cette année comptable, complètement impactés par la crise du nouveau coronavirus. À la fois l'Espagne et la Belgique ont été fortement touchées et drastiques dans leurs mesures contre le Covid. De quoi mettre de sérieux bâtons dans les roues de la compagnie low cost. Le placement de l'Espagne en zone rouge par la Belgique ne doit donc pas du tout faire l'affaire de Ryanair.

Cette dernière s'est montrée néanmoins bien plus robuste que de nombreuses compagnies historiques et a levé 400 millions d'euros vendredi en nouvelles actions. Le but avoué : profiter des opportunités de croissance que vont apporter la crise et la méforme des concurrents.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés