Conciliation prévue chez Swissport

©BELGA

Les négociations ayant échoué entre la direction et les syndicats de Swissport, ces derniers ont organisé des actions de zèle ce mardi matin à Brussels Airport. On constate toutefois peu de perturbations. Syndicats et direction se retrouveront mercredi avec un conciliateur.

On attendait d'éventuels retards ce mardi matin à Brussels Airport, il n'en aura rien été. Les bagagistes Swissport avaient décidé d'organiser une grève du zèle entre 8 et 10 heures. Chez Brussels Airlines, principal client de Swissport sur le tarmac bruxellois, on se tenait prêt pour limiter l'impact du mouvement de grogne. 

Seuls 400 des quelque 1.500 salariés de Swissport à Bruxelles ont finalement mené des actions. Les ouvriers n'étaient pas impliqués dans le mouvement du jour. "J'espère que les esprits ne vont pas s'échauffer et que les ouvriers ne vont pas rejoindre le mouvement", affirmait dans la matinée un représentant du syndicat libéral CGSLB. "Soyons clairs: nous ne voulons pas de nouveaux collègues, mais simplement que les absences soient compensées." Et d'ajouter que les délégués syndicaux se sont vus bloquer l'accès au centre névralgique de l'aéroport, l'APOC. "Nous ne pouvons pas faire notre travail de représentants. Ce n'est pas constructif et cela ne sert pas la paix sociale." 

Les négociations entre les syndicats et la direction de Swissport à Brussels Airport avaient échoué lundi soir. Selon les syndicats, la direction s'est montrée incapable de présenter des propositions concrètes pour le personnel du manutentionnaire. Direction et syndicats se rencontraient pour tenter de trouver une solution au problème de sous-effectif du bagagiste. Mais les négociations ont été suspendues à 20h, ont indiqué la CNE, la CGSLB et le SETCa dans un communiqué commun.

Pénurie de personnel

Les revendications des syndicats portent essentiellement sur la pénurie de personnel qui "concerne tous les services de l'entreprise et menace tant la sécurité des passagers que la santé des travailleurs."  "Le week-end dernier, il n'y a pas eu de problème", reconnaît Fouad Bougrine, CGSLB. "Mais ce sera le cas lors du prochain car certaines personnes ne peuvent pas travailler deux week-ends d'affilée."

Les représentants syndicaux s'inquiètent également de la situation financière de la filiale belge. Ils ont décidé de faire appel à un médiateur, en espérant que celui-ci pourra se mettre à l'ouvrage dès ce mardi. Ce sera toutefois pour demain. Une réunion de conciliation est prévue ce mercredi à 13h. Mais, dans le chef des syndicats, on affirme déjà que, sans plan concret pour sortir de l'impasse, de nouvelles actions seront à craindre. 

Chez Swissport, la direction nie toute pénurie de personnel. "Le planning tient compte du volume de travail. En ce moment, il n'y a pas de problème." Le porte-parole de la compagnie a indiqué ce mardi matin que seuls quelques employés du service de dispatching menaient des actions, ne perturbant pas outre mesure le service.   

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect