Davignon blâme le CEO de Lufthansa

©BELGA

Carsten Spohr, patron de Lufthansa, annonçait hier que faute de résultats en croissance, Brussels Airlines serait privée d'appareils supplémentaires. Des propos qui passent mal auprès d'Etienne Davignon, président du conseil de la compagnie belge.

Il n’y a pas que les responsables syndicaux que la sortie de Carsten Spohr a irrités ce mardi. En marge de l’assemblée générale de l’Iata, l’association internationale du transport, à Sydney, le patron de Lufthansa a menacé sa filiale Brussels Airlines de ne pas renouveler la flotte d’avions comme promis si la compagnie aérienne belge n’améliore pas ses résultats.

Sa sortie est également une critique à peine voilée des négociations en cours entre la direction et les pilotes, qui demandaient une augmentation de leur pouvoir d’achat et un temps de prestation acceptable.

Contacté par nos soins, le comte Étienne Davignon, président du conseil d’administration de Brussels Airlines, n’a pas mâché ses mots vis-à-vis du patron de la maison mère de la compagnie aérienne belge. "J’ai été étonné par sa sortie. Je ne crois pas que ce soit le meilleur moment pour faire une telle déclaration. Quand il y a des négociations en cours, il faut éviter d’y interférer. Il a créé un climat inutilement pessimiste."

La sortie de Carsten Spohr intervient à un moment où direction et pilotes ont accordé leurs violons sur certains points. Selon nos informations, la direction a accepté de rémunérer les heures supplémentaires des pilotes à 150%, comme pour tous les travailleurs, et plus à 70% comme c’est le cas depuis le plan d’économie "Beyond 2012-2013". Leur calcul se fera également sur un mois et non plus sur 6.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect