Des défis en pagaille pour le CEO de BSCA

Philippe Verdonck, nouveau CEO de l'aéroport de Charleroi. ©BELGA

Philippe Verdonck a pris ses fonctions de CEO à l'aéroport de Charleroi. Il n'exclut pas de revoir à la hausse la redevance payée par les compagnies à l'aéroport. Rallongement de la piste, rentabilité ou nouvelles compagnies, ce ne sont pas les défis qui manquent.

C’était le grand jour à l’aéroport de Charleroi. Philippe Verdonck, le nouveau CEO a pris ses fonctions ce premier mai et se présentait à la presse ce jeudi. À peine le temps de s'installer dans son fauteuil que les questions fusaient. Il faut dire que l'aéroport a plusieurs gros défis devant lui. Pas de quoi refroidir l'homme. "C'est le plus beau challenge qui existe en Belgique", dit-il. Énumérant les différents défis qui l'attendent dont la création d’emplois pour le bassin de l’aéroport, une tâche qu'avait prise à bras le corps son prédécesseur, Jean-Jacques Cloquet.

Aéroport pas rentable

L'aéroport de Charleroi n'est pas rentable, l'équipe dirigeante le sait. On évoque donc aujourd'hui la possibilité d'augmenter la redevance par passager des compagnies aériennes. Rappelons que celle-ci est dégressive en fonction du nombre de passagers. 

2,4 à 2,8 euros
redevance
La redevance par atterrissage est de 2,4 euros et de 2,8 euros par décollage.

"Nous sommes l'aéroport avec la redevance la moins chère d'Europe", souligne le directeur technique de l'aéroport Patrick Lamberts en aparté. On parle d'une redevance par atterrissage de 2,4 euros et de 2,8 euros par décollage. Une société comme Ryanair, par sa taille à Charleroi, paye environ un euro par passager.

Masterplan

Laurent Levêque ©BELGA

La rentabilité est un défi, surtout que l'aéroport de Charleroi planche actuellement sur un masterplan pour des investissements colossaux sur l'aéroport. On connaîtra la société mandatée pour celui-ci la semaine prochaine. "Il s’agira de définir ce que l’on souhaite et ce que l’on veut pour 2025 et 2035, en termes de diversification de compagnies et de routes", détaille Laurent Levêque, directeur du conseil d'administration du BSCA.  Philippe Verdonck, fort de son expérience dans l'aviation, aura pour mission d'amener de nouvelles compagnies à l'aéroport.

Quant à savoir s'il sera simple de convaincre les pouvoirs publics de consentir ce type de financement avec la vague verte qui s'annonce, le management de Charleroi ne veut pas anticiper. Laurent Levêque rappelle que la région les a toujours bien soutenus. "Notre job est de faire décoller et atterrir des avions. Ce n’est pas parce qu’on augmente le rail que l’on diminue la croissance de l’aviation", répond également Levêque.

Il nous explique en tout cas que les actionnaires privés semblent positifs quant aux prochains investissements, alors qu'ils ont voté "sans discussion" le financement des études sur le développement de l'aéroport. 

Allongement de piste

L'autre gros dossier du moment, c'est l'allongement de la piste. Avec celui-ci, l'aéroport de Charleroi ambitionne d'attirer des vols long-courriers. Les travaux ont débuté, mais prendront 36 mois en tout. Il s'agit en effet de stabiliser le terrain avec de solides fondations. 

Paix sociale

Concernant la grève des aiguilleurs du ciel, le discours est plus lissé à Charleroi qu'à Liège. Les grèves nocturnes n'impactent en effet quasi pas l'aéroport carolo, mais surtout, le président Laurent Levêque entend travailler dans la paix sociale.  "Lorsqu’on a dû faire face au conflit avec Securitas, on a essayé de mettre de l’huile dans les rouages. Il faut essayer d’apaiser les choses."

Attirer les clients hollandais

Le nouveau CEO entend en tout cas tenir à flot la compétitivité de l'aéroport de Charleroi par rapport aux autres aéroports belges et des pays limitrophes. La concurrence est ainsi particulièrement présente avec Eindhoven, le Luxembourg ou Lille. "Nos navettes en bus vont désormais jusqu'au nord des Pays-Bas, on peut attirer une nouvelle clientèle vers l'aéroport", détaille Verdonck. 

Il rappelle que la dynamique fonctionne déjà bien dans le sud des Pays-Bas avec les lignes de bus jusqu'à Breda par exemple.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés