Échec des négociations chez Brussels Airlines

©BELGA

La délégation syndicale du personnel de cabine chez Brussels Airlines a reçu vendredi une proposition de la direction qu'elle juge largement insuffisante. La direction a annoncé la constitution d'un comité consultatif en interne.

La direction de Brussels Airlines estime avoir répondu positivement à six des 14 points portant sur la pression au travail dénoncée par son personnel de cabine. Elle estime avoir réalisé d'importantes concessions sur six autres points. Pour les deux derniers points problématiques, aucun compromis n'a pu être trouvé, a indiqué vendredi soir la direction à l'issue d'une réunion avec une délégation syndicale.

La direction a également décidé de créer un comité consultatif en interne, qui sera composé de membres du personnel et de la direction.
Brussels Airlines regrette "qu'aucun accord général n'ait pu être trouvé malgré son approche constructive dans les négociations." La direction de la compagnie aérienne espère que le dialogue social pourra encore être poursuivi les jours prochains.

La délégation syndicale du personnel de cabine chez Brussels Airlines estime pour sa part que les réponses apportées par la direction sont largement insuffisantes. "La direction n'a répondu seulement positivement qu'à deux des quatorze problèmes soulevés en lien avec la pression au travail", estime le front commun syndical.
La délégation syndicale informera début de la semaine prochaine le personnel des réponses données par la direction. Des actions ne sont pas exclues.

Selon les syndicats, les schémas de vol sont trop lourds et mettent en danger la sécurité du personnel. Ils exigent des mesures pour réduire la charge de travail du personnel de cabine. Une liste de doléances de 14 points a été déposée. Ils réclament que, lors d’une mission de trois jours et deux nuits à l’étranger, le personnel ne vole que trois fois le premier jour, deux fois le deuxième et une fois le troisième, et qu’il s’ensuive une journée de repos, comme l’indique Thierry Vuchelen de l’ACLVB (CGSLB). Actuellement, le personnel doit parfois effectuer trois vols le troisième jour et travailler le jour suivant, précise-t-il.

Les syndicats demandent également que les heures supplémentaires soient supprimées. "Le personnel peut prester jusqu’à 77 heures par mois sur des vols long courrier, mais cela atteint parfois 90 ou 100 heures, poursuit Thierry Vuchelen. Outre une meilleure organisation, Brussels Airlines va devoir mobiliser davantage de personnel."

"Nous cherchons une solution depuis des semaines, mais la direction nous répète qu’elle a les pieds et poings liés par Lufthansa, la maison-mère, indiquait il y a quelques jours la FGTB.Nous ne mènerons pas d’actions symboliques."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n