Emirates lance sa nouvelle classe 'First' depuis Bruxelles

©Emirates

La nouvelle classe First d'Emirates est équipée d'étonnants hublots virtuels.

La réputation de qualité de la compagnie dubaïote Emirates n’est pas usurpée. C’est ce qui la rend agaçante auprès de la concurrence et même jusque chez Singapore Airlines qui a senti que son trône de n°1 mondial de la qualité se dérobait sous elle. Soyons de bon compte, cet agacement généralisé a fortement contribué à alimenter les attaques des transporteurs occidentaux contre les compagnies du Golfe en général et contre Emirates en particulier. Ne pourrait-on pas, finalement, proposer de la qualité au voyageur sans bénéficier automatiquement de subsides?

Mercedes Class S

Ce n’était manifestement pas le débat du jour hier à Brussels Airport, lorsqu’Emirates est venu présenter son nouveau Boeing 777 équipé de ses nouvelles classes en cabine. Et il ne s’agissait pas d’un " roadshow " pour allécher le chaland, puisque Bruxelles – avec Genève, c’est vrai -, est la toute première destination sur laquelle la compagnie met en ligne les premiers 777 réaménagés. Tout ce qui compte dans le monde du voyage était invité à l’événement, duquel on ne sort pas intact. Car la question turlupine : à quand un voyage dans de telles conditions ?

On parle de la First, évidemment, mais ne mésestimons pas les efforts produits en Business et en Economy. Dans celle-ci (pas plus de quatre sièges de front dans l’allée centrale), les écrans de divertissement sont larges, les sièges plus ergonomiques (avec appuie-tête ajustables).

©Emirates

La Business, quant à elle, est moins bling-bling que dans le passé (trois sièges de front au centre), l’espace entre les sièges est de 1,82 mètre et l’option lit en coque est assurée. Cloisons amovibles entre les sièges, écran tactile pour positionner les sièges, espace suffisant pour les chaussures, choix d’éclairages personnalisés et, innovation, un mini-bar personnel. Partout, les tons sont plus clairs qu’avant, avec quelques panneaux texturés. Très classe.

Mais la curiosité, c’était quand même la First. On sait qu’Emirates a été la première à proposer dès 2003 le concept de suites privées – elle a aussi innové avec les douches sur les A380 -, et il est évident qu’on n’abandonne pas une formule qui gagne. Chaque suite fait un bon 4 mètres carrés (non, ce n’est pas un kot!). Et selon Jean-Pierre Martin, le représentant de la compagnie en Belgique, elle a une décoration qui s’inspire de la Mercedes Classe S: sièges en cuir souple, technologie des tableaux de commande, éclairage d’ambiance…

Pyjama hydratant

L’entrée de la cabine se fait par une porte coulissant de bas en haut. Il y a en fait trois cabines de front. Mais alors, celle du milieu est-elle opaque comme dans un sous-marin ? Emirates a trouvé la solution avec des hublots virtuels. Des caméras sont installées sur les flancs du fuselage et diffusent sur les trois hublots ce qu’on voit à l’extérieur.

Vous pouvez nous croire, c’est saisissant. Il a fallu que nous vérifions que nous étions bien dans une cabine centrale et pas à côté de hublots véritables. Cerise sur le gâteau, dans les autres suites, les passagers ont droit à des jumelles pour "explorer le ciel".

©Emirates

L’intimité est préservée (les chambres sont toutes des "singles ") et on a largement la place pour se changer, même avec le lit déployé. La communication avec le personnel de bord peut également se faire grâce à un système de communication vidéo. Par ailleurs, une fenêtre de service existe pour approvisionner les cabines sans déranger les clients. Ici, le mini-bar personnel est nettement plus volumineux qu’en Business.

Pour le reste, "que du normal", serait-on tenté de dire en enfant gâté. Un vrai compartiment en hauteur avec penderie, une trousse de voyage Bulgari, des écouteurs Bowers & Wilkins dotés d’une fonction de réduction active du bruit, un écran LCD de 32 pouces et nous, en passant. Ah oui, la compagnie propose aussi un pyjama hydratant, mais a-t-on vraiment envie de dormir face à la qualité des repas, les 2.500 chaînes (oui !) de divertissements à la demande et "le sourire de la crémière"?

On sait qu’Emirates propose désormais deux vols "par jour" sur Dubaï avec son 777, dont un, en réalité "de nuit". En fonction des connexions, notre choix serait fait. Maintenant, de là à ce que nous prenions la First… Disons qu’on a rêvé quelques secondes.

La classe Business ©Emirates

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés