L'aéroport de Charleroi sera l'un des premiers à redécoller

©Photo News

La stratégie future de l'aéroport de Charleroi est débattue. Il faudra penser synergies avec Liège. Au rayon des bonnes nouvelles : Ryanair ou Wizz seront les premières à redécoller.

Qu'on les aime ou pas, les sociétés aériennes low cost sont celles qui devraient se relever le plus rapidement de la crise du coronavirus. Les vols "de point à point" vers le sud de la France ou la péninsule ibérique par exemple reprendront bien avant les business trips ou les vols long-courriers avec escale. Et les sociétés low cost ont apparemment les reins financiers plus solides que les sociétés aériennes classiques.

C'est un des avantages du positionnement stratégique de l'aéroport de Charleroi. Mais côté inconvénients, les Ryanair et les Wizz de ce monde ne sont pas des partenaires qui vont vous faire gagner beaucoup d'argent. Ils vont plutôt vous mettre une pression maximum pour que les coûts d'aéroport soient les plus bas possibles et au final ne pas vous permettre de rentabiliser facilement vos installations.

Les nouveaux spécialistes et administrateurs au sein de l'aéroport pourraient aider, car plusieurs d'entre eux ont un sérieux carnet d'adresses dans le secteur aérien.

À l'heure où le ministre wallon Jean-Luc Crucke (MR) commence à rabattre les cartes dans les instances dirigeantes de l'aéroport carolo, il faudra en tenir compte. L'idée du ministre est de revoir la stratégie de l'aéroport à plus long terme.

Stratégie bi-aéroport ?

Une piste serait d'avoir de véritables synergies avec l'aéroport de Liège. Les deux aéroports wallons sont très complémentaires et le succès de Liège dans le cargo est incontestable et incontesté.

Dans le même temps, très peu de passagers passent par l'aéroport liégeois, qui a pourtant de bonnes infrastructures et un beau terminal. Il s'agirait donc peut-être d'officialiser cette spécialisation des vols passagers pour Charleroi et du cargo pour Liège, et ce, même si le sujet est sensible. Jouer la carte des synergies de manière affirmée en Wallonie aurait tout son sens économique.

Charleroi de son côté tente la carte de la diversification des revenus. Avec une piste plus longue pour les longs-courriers finie en octobre 2021, l'aéroport carolo espère attirer de nouvelles compagnies.

350
millions d'euros
L’ACI, l'association des aéroports européens, a indiqué que le secteur brûlait actuellement 350 millions d'euros par semaine en Europe à cause notamment de ses coûts fixes importants.

Les nouveaux spécialistes et administrateurs au sein de l'aéroport pourraient aider, car plusieurs d'entre eux ont un sérieux carnet d'adresses dans le secteur aérien. Par ailleurs, certaines compagnies très présentes à Liège font aussi dans les vols passagers long-courriers. On pense par exemple à Qatar Airways.

Le CEO de l'aéroport de Charleroi Philippe Verdonck nous expliquait récemment qu'il espérait deux à trois nouvelles compagnies long-courriers d'ici 2022.

Amener un nouveau privé ?

Une autre piste pourrait être de privatiser davantage l'aéroport carolo en espérant attirer un nouvel actionnaire privé à haute valeur ajoutée.

(...) les aéroports européens doivent s'attendre à une guerre des prix, ce qui rendrait compliquée toute renégociation sur les tarifs favorable à Charleroi.

La pression a en tout cas été forte sur le CEO Philippe Verdonck ces derniers mois. Mais à son corps défendant, c'est tout un secteur qui souffre. L’ACI, l’association des aéroports européens, a indiqué que le secteur brûlait actuellement 350 millions d'euros par semaine en Europe à cause notamment de ses coûts fixes importants. Selon l'ACI, qui compte 500 membres, près de 200 aéroports sont au bord de la faillite.

Dans une telle situation, les aéroports européens doivent s'attendre à une guerre des prix, ce qui rendrait compliquée toute renégociation sur les tarifs favorable à Charleroi. Reste maintenant à voir quel est l'objectif premier de l'aéroport carolo. Générer des bénéfices ou générer de l'activité dans sa zone d'influence ? "La mission doit être claire", nous souffle-t-on.

200
aéroports
Selon l'ACI, l'association des aéroports européens, qui compte 500 membres, près de 200 d'entre eux sont au bord de la faillite.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés