L'espace aérien belge quasiment fermé

©REUTERS

Les contrôleurs aériens de Belgocontrol mènent une action de protestation suite à la conclusion d'un accord entre la direction et les syndicats. Les départs sont suspendus à Brussels Airport et à l'aéroport de Charleroi, tandis que les arrivées sont maintenues pour l'instant.

Le trafic aérien est fortement perturbé à l'aéroport de Zaventem ce mardi. Des actions sociales sont menées au sein des contrôleurs aériens depuis 17h. Elles devraient s'étendre jusque 22h15. Au total, une centaine de vols ont été annulés et sept ont été déviés vers l'étranger, notamment vers Düsseldorf et Lille, a précisé Brussels airport mardi soir. Durant la journée, un total de 420 vols entrants et sortants étaient initialement programmés.

Concrètement:

• Entre 17h00 et 17h45: aucun avion ne circulait
• Entre 17h45 et 19h45: 15 avions ont atterri/décollé 
• Entre 19h45 et 20h30: aucun avion n'a décollé
• Entre 20h30 et 22h15: 15 avions doivent atterrir/décoller
• Entre 22h15 et 02h00: 15 avions doivent atterrir/décoller
• La situation est incertaine pour mercredi 

L'aéroport de Charleroi est également impacté par l'action de Belgocontrol. Depuis 17h10, il n'y a plus de décollages mais les atterrissages sont encore autorisés. L'aéroport de Liège fonctionne normalement.

Le contenu de l'accord

Embouteillages à 1 km de l'aéroport de Zaventem ©doc

La guilde belge des contrôleurs aériens (BGATC) demande à ses membres de se porter malades. "Ils se déclarent inaptes à faire leur travail. C'est une action qui était déjà en cours depuis un certain temps mais maintenant qu'un accord social a été conclu, ils intensifient les actions", explique Dominique Dehaene, porte-parole de Belgocontrol.

Belgocontrol a annoncé mardi matin la conclusion d'un accord social dans le cadre du conflit social qui était en cours depuis la mi-mars. Il a été décidé que:

• les contrôleurs aériens pourront partir en disponibilité cinq ans avant la date à laquelle ils peuvent prendre leur retraite anticipée, mais jamais avant l'âge de 58 ans.
• la direction s'engage en outre à procéder au recrutement d'une trentaine d'aspirants contrôleurs aériens pour le printemps 2017.

L'accord doit encore être soumis au conseil d'administration de Belgocontrol et au gouvernement fédéral.

Le syndicat chrétien a voté contre la proposition d'accord social. "On demande aux contrôleurs aériens de travailler plus longtemps dans un environnement critique au niveau de la sécurité et on reconnaît qu'il y a un manque de personnel qui ne peut pas être immédiatement pris en charge. On sape le statut en permettant des contrôleurs aériens contractuels. Pour nous, c'était imbuvable et invendable à la base", explique Kurt Callaerts.

La ministre de la Mobilité Jacqueline Galant a appelé mardi soir les contrôleurs aériens à renouer le dialogue et à éviter la paralysie des activités.

"C'est totalement inacceptable"

"Un aéroport qui se remet doucement des attentats terroristes est maintenant pris en otage par le syndicat des contrôleurs aériens belges. Nous n'arrivons pas du tout à comprendre cela."
Athar Husain Khan
CEO de l'AEA

L'association des compagnies aériennes européennes (AEA) a pour sa part fermement condamné les actions de grève "sauvages". "C'est incroyable", a estimé son CEO, Athar Husain Khan. "Un aéroport qui se remet doucement des attentats terroristes du 22 mars et qui est toujours occupé à gérer les problèmes de capacité et les désagréments pour les passagers, est maintenant pris en otage par le syndicat des contrôleurs aériens belges. Nous n'arrivons pas du tout à comprendre cela. Les passagers, les personnes en transit et les compagnies aériennes sont une fois de plus victimes d'un agenda social. C'est déjà la troisième grève ATC en Europe en une semaine, après celles de France et de Grèce. C'est totalement inacceptable."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés