La déconvenue de Boeing place Airbus dans un siège royal

©Bloomberg

Boeing fait état pour le seul deuxième trimestre d'un recul de plus de 50% de ses livraisons. Sur le semestre, cette chute est de 37% de quoi propulser Airbus au rang de premier constructeur aéronautique mondial. Une première.

La descente aux enfers se poursuit pour le constructeur Boeing . Alors qu'il avait déjà fait état pour les 4 premiers mois de l'année d'un recul de 25% dans la livraison des ses avions civils, il admet désormais une chute de 54% sur le seul deuxième trimestre.

Pour les six mois de l'exercice, l'avionneur américain a livré 239 avions de ligne aux compagnies aériennes clientes. Il s'agit d'une baisse de 37%.

La dégringolade de la maison Boeing est la conséquence de la crise de son appareil vedette 737 MAX, cloué au sol depuis mi-mars après deux accidents ayant fait 346 morts.

Quoi qu'il en soit, cette déconvenue qui profite à son grand rival Airbus . L'Européen est désormais en bonne voie pour lui ravir cette année et pour la première fois le titre de premier constructeur aéronautique mondial en termes de livraisons.

Le constructeur européen a en effet livré 389 appareils sur les six premiers mois de l'année (+28%), selon des chiffres disponibles sur son site internet. Il a par ailleurs déjà indiqué aussi qu'il envisageait de mener à bien l'extension de sa famille de A321 pour proposer un long-courrier à bas coût et ainsi contrer Boeing.  

Les livraisons sont un indicateur fiable de la rentabilité dans l'aéronautique, principalement parce que les clients paient l'intégralité de leurs factures au moment où ils prennent possession des avions.

Certes, ce changement de rapport de forces entre les deux avionneurs s'explique principalement par le fait que Boeing a dû suspendre les livraisons du 737 MAX. Cet avion représentait plus des deux tiers de son carnet de commandes.

Il faudra ramer

Il est difficile de dire aujourd'hui quand le 737 MAX sera de nouveau autorisé à voler. Mais une chose semble certaine: Boeing aura du mal à refaire son retard sur Airbus. De plus, la crise du 737 MAX s'étend également aux commandes des autres appareils. Boeing affiche un déficit net de 119 appareils au premier semestre en raison d'annulations. Airbus est en revanche dans le vert, avec 88 appareils nets commandés.

Boeing travaille d'arrache-pied sur une mise à jour du MCAS, mais un nouveau problème lié à un microprocesseur du 737 MAX posant un "risque potentiel" a été détecté par l'agence fédérale de l'aviation (FAA), le principal régulateur de l'aérien aux États-Unis.

La facture de cette crise était estimée à 1 milliard de dollars mi-avril. Boeing devrait relever ce montant lors de la publication de ses résultats du deuxième trimestre le 24 juillet.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés