La fusion EADS/BAE "ne doit pas nuire" aux relations entre GB et USA

©Reuters

Le ministre britannique de la Défense a affirmé lundi qu'il ne pourrait donner son aval à la fusion entre EADS, maison-mère de l'avionneur Airbus, et le fabricant d'armes britannique BAE Systems que s'il était certain que celle-ci ne nuira pas aux relations de son pays avec les Etats-Unis.

"Si nous pouvons obtenir les garanties dont nous avons besoin concernant les emplois britanniques, la sécurité nationale britannique, l'industrie de la défense britannique et ce qui est primordial, nos relations avec les Etats-Unis, alors nous donnerons notre bénédiction à l'accord", a déclaré Philip Hammond à la chaîne Channel Four News.

"Selon nous, pour que ce rapprochement fonctionne, ce groupe doit être autorisé à opérer comme une société commerciale, et non comme une branche du gouvernement français ou allemand", a-t-il poursuivi.

"Cela signifie une réduction de la participation que les Français ou les Allemands ont dans la compagnie", a conclu le ministre.

M. Hammond avait déjà menacé dimanche d'utiliser sa "golden share" (action préférentielle) dans BAE pour bloquer la fusion si Paris et Berlin ne réduisaient pas leur participation en-deçà du niveau leur permettant de contrôler le groupe.

Il s'inquiète en outre du fait que l'opération pourrait remettre en cause l'accès privilégié de BAE au marché de la défense américain.

A l'approche d'une importante date butoir - EADS et BAE Systems doivent informer le régulateur des marchés britannique avant 16H00 GMT mercredi d'une réussite ou d'un échec du projet, ou bien demander un nouveau délai - les discussions achoppent sur l'influence respective de la Grande-Bretagne, l'Allemagne et la France, sur le futur ensemble.

L'hypothèse de la prolongation semble de plus en plus probable face aux difficultés de ces Etats à se mettre d'accord, reconnaît-on de sources proches du dossier.

Et lundi la société d'investissements Invesco Perpetual, premier actionnaire de BAE Systems avec 13,3% du capital, a exprimé des "réserves significatives" concernant l'opération.

"Les actionnaires doivent absolument s'entendre pour que (cette fusion) se fasse", a rappelé M. Hammond.

La France, qui détient 15% du capital d'EADS, veut y rester, ce qui lui donnera 9% des actions de la nouvelle entité. L'Allemagne, qui n'est pas directement actionnaire d'EADS, insiste sur la parité avec la France.

Invesco s'inquiète par ailleurs de la baisse du cours de l'action BAE et remet en cause le ratio retenu dans le projet de fusion, qui prévoit que BAE représentera 40% du nouvel ensemble et EADS 60%.

La société d'investissements regrette enfin de n'avoir pas de visibilité concernant les dividendes au-delà de 2013.

M. Hammond doit avoir des discussions tripartites avec ses homologues français et allemand sur ce dossier à l'occasion d'une rencontre des ministres de la Défense de l'OTAN, mardi à Bruxelles.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés