Le gouvernement prêt à voler au secours de Aviapartner

Alors que Brussels Airport est en quête d'une nouvelle société de manutention pour remplacer Swissport, l'Etat vole au secours de la dernière en action: Avipartner. ©BELGA

Dernier manutentionnaire aéroportuaire en activité à Brussels Airport depuis la faillite de Swissport, le gouvernement a un accord de principe pour dégager jusqu'à 25 millions d'euros et maintenir l'opérateur à flot.

Alors que Swissport a fait la culbute, le gouvernement se dit prêt à voler au secours de l'autre société de manutention aéroportuaire, Aviapartner. Selon les journaux De Standaard et Het Nieuwsblad, la bouée de sauvetage pour aider la société à sortir de la crise, liée au Covid-19, serait de 20 à 25 millions d'euros. Un accord de principe aurait été dégagé par les partis au pouvoir. Il sera soumis ce jeudi au conseil d'administration de la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI).

Les modalités

Le prêt accordé à Aviapartner pourrait être converti en actions. La Commission européenne devra aussi se pencher sur la question pour y donner son aval.  

Un tel opérateur au sol est indispensable et le gouvernement craint qu'une faillite mène au chaos à l'aéroport national, après la faillite récente du bagagiste Swissport.

Aviapartner est en ce moment la seule société autorisée à Brussels Airport à assister les vols passagers. Un tel opérateur au sol est indispensable et le gouvernement craint qu'une faillite mène au chaos à l'aéroport national, après la faillite récente du bagagiste Swissport.

Aviapartner évalue en outre comment étendre ses activités, signalent les quotidiens. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés