Le patron de Boeing tente de rassurer ses clients et leurs passagers

Dennis Muilenburg, le CEO de Boeing. ©AFP

Le patron de Boeing, Dennis Muilenburg, a indiqué dans une vidéo que son groupe avait pris des mesures pour "assurer pleinement" la sécurité du 737 MAX après les deux accidents mortels survenus en cinq mois. Un nouveau logiciel sera bientôt disponible et l'avionneur compte mettre l'accent sur la formation des pilotes.

Une semaine après la tragédie d'Ethiopian Airlines, qui a entraîné l'immobilisation du Boeing 737 MAX à travers le monde, soulève toujours bon nombre de questions sur la certification de cet avion et les liens étroits entre l'avionneur américain et les autorités américaines. 

Pour tenter de dissiper les doutes, le patron de Boeing a publié ce lundi un long message écrit et en vidéo. Le but: tenter de rassurer ses clients, à savoir les compagnies aériennes, et leurs passagers sur l'engagement du géant de l'aéronautique en matière de sécurité aérienne. Dennis Muilenburg a ainsi réaffirmé que "la sécurité (était) au coeur de qui nous sommes chez Boeing; assurer des vols sûrs et fiables sur nos appareils est une valeur bien établie et un engagement envers tout le monde".

Le patron de Boeing a une nouvelle fois promis "de bientôt mettre à disposition une nouvelle version du logiciel destiné au 737 MAX ainsi que la formation des pilotes qui permettra de répondre aux interrogations qui ont fait suite à l'accident du vol Lion Air 610". "Notre équipe tout entière se consacre à la qualité et la sécurité des avions que nous concevons, construisons et entretenons", a encore souligné Denis Muilenburg, disant aussi comprendre et regretter les inconvénients pour les compagnies aériennes et leurs passagers tant que la flotte de 737 MAX est clouée au sol dans le monde entier. 

Le géant de l'aéronautique est dans la tourmente depuis l'accident d'un 737 MAX 8 d'Ethiopian Airlines le 10 mars dernier. Ce crash a fait 157 morts, un peu plus de quatre mois seulement après celui d'un appareil du même type de la compagnie indonésienne Lion Air, en octobre, qui tué 189 personnes. Les similitudes entre les deux accidents peuvent laisser penser que Boeing a tardé à corriger un système d'assistance au vol connu sous l'acronyme de MCAS et destiné à empêcher l'avion de "décrocher", c'est-à-dire de chuter faute de portance suffisante. 

Le message de Dennis Muilenburg

  

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés