Le plan de sauvetage de Lufthansa va pouvoir atterrir

L'important actionnaire de Lufthansa ne s'opposera pas au plan de sauvetage. ©AFP

Un accord a été trouvé avec l'actionnaire Heinz Hermann Thiele, à la tête de 15% du capital. Ce dernier validera le plan de sauvetage concocté par l'Etat allemand ce jeudi en assemblée. A l'ouverture des marchés, l'action de la compagnie prenait plus de 18%.

Les discussions entamées entre Lufthansa et son principal actionnaire sur le plan de sauvetage à 9 milliards d'euros de la compagnie aérienne ont abouti mercredi soir. "Je voterai pour le projet d'accord" lors de l'assemblée générale des actionnaires prévue jeudi, a expliqué Heinz Hermann Thiele, homme d'affaires de 79 ans, au quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). 

"Je voterai pour le projet d'accord, lors de l'assemblée générale des actionnaires prévue jeudi."
Heinz Hermann Thiele
actionnaire

Jusqu'ici, le milliardaire, qui détient 15,5% du capital de la compagnie, avait menacé de bloquer le plan de sauvetage. Et il en avait la possibilité compte tenu de l'importance de ses parts.  

L'arrivée prévue de l'État allemand parmi les actionnaires de Lufthansa avait suscité les critiques de Thiele, "self-made milliardaire" au verbe haut et aux opinions tranchées. Il redoutait notamment que le gouvernement ne s'oppose à des coupes claires dans les effectifs, nécessaires à ses yeux pour redresser la compagnie et faire repartir à la hausse le prix de l'action en bourse.  Désormais, il semble convaincu que la compagnie pourra le faire même avec la présence de l'État à son capital. 

Heinz Hermann Thiele, qui détient 15% du capital de Lufthansa, votera en faveur du plan de sauvetage. ©Bloomberg

Accord avec le personnel navigant

Et dans la foulée, la compagnie aérienne, maison mère de Brussels Airlines, annonçait un accord avec les syndicats du personnel navigant UFO sur les 500 millions d'économies. Dans un communiqué, les deux parties avancent ce que prévoient ces mesures:

→ Le gel de salaires
→ Un abaissement des heures de vol (et donc des rémunérations)
→ Il est aussi question de congés sans solde, de départs volontaires et de pensions anticipées. 

Ça se débloque en Belgique

En Belgique mercredi, la direction et les syndicats de Brussels Airlines ont conclu un accord de principe sur la restructuration du transporteur annoncée le mois dernier. Le nombre de licenciements effectifs n'est pas encore connu. La suppression de jusqu'à 1.000 postes, soit un quart des effectifs, avait été annoncée comme nécessaire pour garantir la compétitivité de Brussels Airlines. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés