Publicité

Le poids des grèves et du prix du carburant pèsent sur Ryanair

©REUTERS

La compagnie aérienne low cost Ryanair présente des résultats semestriels en recul sur un an. Pour l'ensemble de son exercice, elle s'attend aussi à un bénéfice en recul de 17 à 24%.

Semestre difficile pour Ryanair . La compagnie aérienne low cost a souffert cet été d'une part des prix des carburants en hausse, mais aussi du mouvement de grève qui a affecté plusieurs de ses bases. Elle affiche donc une baisse de 7% de son bénéfice sur la période d'avril à septembre.

Le numéro un européen du transport aérien "low cost" prédit par ailleurs une faible progression du prix des billets cet hiver sur les vols court-courriers dans la région.

Il y a trois semaines, il revoyait déjà à la baisse sa prévision de bénéfice annuel de 12%. Il prévenait dans la foulée que la situation pourrait encore empirer si des grèves de pilotes et du personnel navigant continuaient de perturber son activité et ses réservations.

→ Côté résultats, le transporteur, qui réalise habituellement l'essentiel de son bénéfice pendant l'été, a enregistré un profit de 1,2 milliard d'euros sur les six mois au 30 septembre.

Ryanair a pourtant enregistré une hausse de 6% de son trafic passager pendant cette période, à 76,6 millions de passagers, son record. Le taux de remplissage moyen était de 96%.

La compagnie a en outre augmenté de plus d'un quart ses revenus annexes: ventes de boissons et de nourriture à bord, système pour les bagages chez Ryanair... Grâce à ces éléments favorables, la compagnie enregistre une hausse de 8% de son chiffre d'affaires à 4,79 milliards d'euros.

A contrario, le prix moyen du billet d'avion payé par les clients s'est tassé de 3% à moins de 46 euros. Pourquoi? Ryanair a cité une offre surabondante de transport aérien en Europe et des annulations de vols liées à des perturbations du service des contrôleurs aériens. Seuls 75% des vols Ryanair sont arrivés à l'heure au premier semestre, contre 86% un an plus tôt, la compagnie pointant les contrôleurs aériens.

Comment Ryanair entrevoit l'avenir?  La compagnie a maintenu sa prévision d'un bénéfice annuel compris entre 1,1 et 1,2 milliard d'euros, ce qui représenterait une baisse de 17% à 24% par rapport au bénéfice après impôts de 1,45 milliard d'euros réalisé lors du précédent exercice.

"L'avantage que possède Ryanair sur ses concurrentes en termes de coûts ne cesse de se creuser."
Michael O'Leary
CEO de Ryanair

Un consensus d'analystes fourni par la compagnie donnait une prévision moyenne de bénéfice annuel de 1,127 milliard d'euros et un bénéfice de 1,175 milliard d'euros sur la période avril-septembre.

"Cette prévision annuelle reste fortement dépendante du fait que les prix des billets ne baissent pas davantage et de l'impact d'un prix du carburant significativement plus élevé (...)", explique le directeur général, Michael O'Leary.

L'avantage que possède Ryanair sur ses concurrentes en termes de coûts ne cesse de se creuser et "à moyen terme, la consolidation créera des opportunités de croissance pour le modèle de Ryanair basé sur les prix les plus bas et les coûts les plus bas".

L'action Ryanair a perdu 20% sur les trois derniers mois et elle affiche un recul de 40% depuis un pic à 19,39 euros touché en août 2017, avant l'extension du mouvement de grogne au sein de son personnel.

Grève ce mardi au Pays-Bas  

Le personnel de cabine de Ryanair basé à Eindhoven, aux Pays-Bas, observera un mouvement de grève de 24 heures ce mardi. Ces stewards et hôtesses entendent de la sorte protester contre la décision de la compagnie aérienne à bas coûts de fermer cette base début novembre.

Plusieurs syndicats européens, dont la CNE pour la Belgique, ont par ailleurs déposé un préavis de grève la semaine passée, dans lequel ils mettent Ryanair "sous probation". Si la direction de la compagnie aérienne "ne change pas radicalement de position et d'attitude", des actions pourraient être menées d'ici la fin de l'année. 

Avant l'annonce du mouvement de grogne néerlandais, Ryanair a dit espèrer régler d'ici Noël les derniers conflits avec son personnel et mettre fin ainsi aux perturbations de son activité qui pèsent sur son cours de Bourse, ont déclaré ses dirigeants.

La compagnie aérienne irlandaise a annoncé qu'elle pourrait encore réduire ses capacités cet hiver en raison du prix élevé du carburant et d'une intense concurrence mais ces deux facteurs, qui mettent en difficulté l'ensemble du secteur, pourraient aussi étouffer les revendications des syndicats et apaiser les relations sociales au sein de l'entreprise.

Michael O’Leary, CEO de Ryanair ©EPA

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés