Le Solar Impulse a parcouru 8.000 km rien qu'à l'énergie solaire

©EPA

L'avion solaire Solar Impulse a atterri vers 17h55 à Hawaï après sa traversée du Pacifique en provenance du Japon, l'étape la plus périlleuse de son tour du monde.

120 heures de vol et plus de 8.000 kilomètres rien qu'à l'énergie solaire, c'est le défi qu'a relevé l'avion Solar Impulse. L'avion a atterri peu avant 18h à l'aéroport Kalaeloa, sur l'île principale de Oahu (Hawaii), à environ 30 kilomètres à l'ouest d'Honololu.

"Il l'a fait", a publié l'organisation sur son compte Twitter tandis que l'avion alimenté à la seule énergie solaire touchait le sol, au moment où le Soleil se levait sur l'archipel américain. 

©Reuters

Pendant quatre jours, l'homme d'affaires suisse André Borschberg a piloté son avion innovant à une vitesse comprise entre 40 et 50 km/h. Il a ainsi battu le record du monde de vol en solitaire. Le précédent record a été établi en 2006 par Steve Fossett, qui avait volé pendant 76 heures et 45 minutes (un peu plus de trois jours). La performance d'André Borschberg est donc largement dépassé ce record.

"Il a volé aussi longtemps sans absolument aucun carburant. (...) C'est quelque chose d'historique."
Bertrand Piccard
Second pilote du Solar Impulse

Just landed in #Hawaii with @solarimpulse! For @bertrandpiccard and I, it's a dream coming true pic.twitter.com/0y3xhIbnXN— André Borschberg (@andreborschberg) 3 Juillet 2015

L'avion était parti le 9 mars d'Abou Dhabi pour un tour du monde de 35.000 kilomètres.

C'est le premier tour du monde d'un avion propulsé par l'énergie solaire. Le but est de promouvoir l'usage des énergies renouvelables.

L'étape entre le Japon et Hawaii (plus de 8.000 km) qu'il a parcouru est la plus longue de son tour du monde.

Les ailes de l'avion sont couvertes de cellules photovoltaïques. L'appareil charge ses batteries la journée et marche à l'énergie électrique accumulée la nuit.

Le pilote, André Borschberg, est seul dans la cabine non pressurisée de 3,8 mètres cubes. Volant à des altitudes allant jusqu'à 9.000 mètres, il doit utiliser des bouteilles d'oxygène pour respirer, et il doit subir de grandes variations de températures lors d'une même journée.

 

 

André Borschberg a passé plus de quatre jours dans cet appareil en multipliant les siestes de 20 minutes afin de pouvoir garder le contrôle de l'appareil. "J'utilise des techniques de yoga et de méditation, et mon partenaire d'auto-hypnose, pour nous détendre", avait-il précisé.

Solvay  a été le premier partenaire principal du projet. Il a conçu des matériaux totalement innovants qui contribuent à rendre l’appareil léger et solide à la fois.

©Reuters
©EPA
©REUTERS
©REUTERS
©EPA
©EPA


Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés